Imprimer
Commentaires
Matériel végétal

Coutia et luminan, deux nouvelles variétés résistantes pour le cognac

Publié le 17/01/2023 - 12:29

Productives, résistantes au mildiou et à l’oïdium, coutia et luminan sont deux nouvelles variétés obtenues par le BNIC et l’Inrae pour les vignerons de Cognac. Les premiers plants pourraient être disponibles à partir de 2024-2025.

C’est décidé. Le cognac va demander une modification de son cahier des charges pour y intégrer trois Vifa (variétés d’intérêt à fin d’adaptation) : coutia, luminan, vidal. Il reste à attendre la décision de l’INAO… et les premiers plants, avant de commencer à tester en vraie grandeur ces variétés. Pour cela, "chaque vigneron volontaire devra s’insérer dans le dispositif national des Vifa", indique Bastien Brusafero, de l'UGVC (union générale des viticulteurs pour l'AOC cognac), à savoir : signer une convention avec l’ODG, l’INAO et accepter de participer au dispositif de suivi par un organisme expérimentateur.

Qui sont ces Vifa ? Si le vidal blanc est un hybride déjà ancien obtenu dans les années 30 (à partir de l’ugni blanc et du rayon d’or), coutia et luminan sont deux nouvelles obtentions, suite à une démarche initiée il y a plus de 20 ans par le BNIC et l’Inrae. L’objectif était déjà de réduire les traitements phytosanitaires. Ces variétés sœurs ont toutes deux pour parents l’ugni blanc et le Mtp 3082-1-42, issu des travaux d’Alain Bouquet. Le chercheur de l’Inrae avait croisé Vitis vinifera avec Vitis rotundifolia pour « récupérer » les gènes de résistance au mildiou et à l’oïdium.

Intérêt dans les ZNT

De fait, ces variétés résistent totalement à l’oïdium et ont une très bonne résistance au mildiou. D’où leur intérêt dans les ZNT, par exemple. Sachant qu’un minimum de traitements sera tout de même nécessaire pour préserver la résistance. Côté rendement, coutia et luminan sont deux variétés productives, du même niveau que l’ugni blanc, voire supérieur. Malheureusement, elles sont aussi un peu plus précoces, ce qui les expose davantage au gel printanier. Les deux variétés donnent des vins plutôt acides, aptes à la distillation.

Morphologiquement, les deux variétés sont assez différentes. Y en a-t-il une plus facile à cultiver que l’autre ? Ce sont justement les réponses qui sont attendues du suivi chez les vignerons. Car pour l’instant, les connaissances sont issues d’un nombre limité de parcelles et de distillations expérimentales. Au bout de dix ans, la décision sera prise de valider ou non ces variétés, ou de continuer l’expérimentation. Le début des plantations est prévu en 2024-2025.

Pour chaque vigneron volontaire, la surface en Vifa ne devra pas dépasser 5 % de l'encépagement. Cette même limite existe aussi au niveau régional : les Vifa ne doivent pas représenter plus de 5 % de la surface de l’AOC, soit 4 000 ha sur environ 90 000 ha plantés du cognaçais. Une surface maximale qu’il va falloir partager. « Coutia et luminan sont les deux premières variétés résistantes à arriver, indique Claire Grosbellet, du BNIC. D’autres nouveautés vont suivre, car plusieurs programmes de sélection ont été engagés, par le BNIC et par des maisons de cognac. »

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière