Imprimer
Commentaires
Vie microbienne

Quand les vignes se mettent au thé de compost liquide

Publié le 15/06/2016 - 12:21

En Alsace, plusieurs viticulteurs pulvérisent du compost liquide dans leurs vignobles afin de fortifier leurs vignes. Si la préparation se réalise facilement, le tout est de bien maîtriser la composition, le brassage et l’oxygénation du mélange.

Du compost liquide pour régénérer son vignoble, de la végétation à la vie microbienne du sol, la pratique est à la portée de tous. Pourtant elle reste encore assez confidentielle en France. Des viticulteurs en biodynamie ont opté pour ce système suivi par des vignerons maintenant un enherbement permanent dans leurs vignes.

Contrairement au compost solide, la pulvérisation de compost liquide ne perturbe pas le développement du couvert ; il n’est pas étouffé par de la matière solide. Le compost liquide aurait une deuxième vertu en plus de son intérêt fertilisant. Selon les utilisateurs, il semble fortifier les vignes, qui développent au fil des années une forme de résistance à la prolifération de l’oïdium et du botrytis, notamment.

28769_photo_aeroflot.jpg

C’est la microbiologiste américaine Elaine Ingham qui est à l’origine de ce procédé décrit comme un complément de fertilisation, ou plutôt comme un probiotique visant à rétablir et entretenir le cercle vertueux des micro-organismes favorables aux cultures. Le mélange comprend une base fermentaire composée de compost solide infusé dans de l’eau pure. Le tout associé parfois à des engrais organiques qui font office de support pour les micro-organismes. Plusieurs « recettes » sur ce même principe existent, à chacun de mettre en place un mélange en cohérence avec la matière disponible à proximité.

Aeroflot ou bulleurs d’aquarium

En Alsace, un groupe de viticulteurs utilise le compost liquide depuis une dizaine d’années. C’est le cas notamment de Jean-Paul Schmitt et Patrick Meyer, qui ont choisi de préparer eux-mêmes la base fermentaire de leur compost. Ils disposent chacun d’un équipement de brassage différent : l’Aeroflot de la SARL Jacques Moreau pour le premier, des bulleurs d’aquarium pour le second.

Car pour réussir la préparation du compost tea, tout est dans l’oxygénation et le brassage : il ne doit pas y avoir de différentiel de pression susceptible de détruire les micro-organismes d’intérêt. L’Aeroflot comprend une pompe et un bidon reliés par un tuyau. Selon les modèles, la SARL Jacques Moreau dispose un à quatre injecteurs Venturi destinés à être immergés au fond de la cuve afin de permettre l’aération par microbulles.

Le compost est envoyé via des lances dans des sacs en plastique à mailles serrées appelé « Humibag ». L’entreprise propose également à la vente les différents éléments pour la préparation : le compost Humigene fabriqué avec des matières végétales essentiellement ligneuses à mettre dans la cuve d’eau, deux poudres à introduire dans l’Humibag et deux préparations liquides à verser dans l’eau.

 

Jean-Paul Schmitt, viticulteur en Alsace
« Des vignes fortifiées et plus résistantes »

« J’applique le compost liquide aux printemps, au mois d’avril-mai quand les sols se réchauffent et sont humides, et parfois en automne après les vendanges en fonction des conditions climatiques. L’idée est de favoriser la multiplication des micro-organismes afin d’arriver à une grande concentration. La préparation dure environ 24h et comprend une « base » qui sert d’inoculateur. Avant je me fournissais à la SARL Jacques Moreau comme je suis équipé de l’Aeroflot, son matériel de brassage. Mais désormais j’ai ma propre formulation : je réalise un mélange à partir de mon compost biodynamique avec de l’humus issu de la forêt à proximité. Ainsi ce sont les mêmes microorganismes que ceux présents dans mes parcelles de vignes.
Il me faut environ 6 à 7 kg de compost de base mélangé avec 400 litres de d’eau pure pour 4 ha de vignes. Pour l’application, j’utilisais avant un vieux pulvérisateur reconverti sur lequel j’avais installé des buses à débit important et faible pression pour conserver les microorganismes. Maintenant je dispose d’un diffuseur de préparation biodynamique auto-construit qui projette des grosses gouttes au-dessus de mon tracteur. Pour les parcelles non mécanisables, j’utilise un pulvérisateur en cuivre de biodynamie.

« Le sol gagne en souplesse et granulométrie »

L’idée qui nous anime avec cette pratique d’épandage de compost liquide est de rétablir et d’’entretenir une vie microbienne intéressante et dynamique dans le sol. Une fois que votre sol fonctionne, toute cette complexité de vie - échanges et symbioses entre organismes et systèmes racinaires – met à disposition de la plante tous les éléments minéraux dont elle a besoin.
Les plantes sont fortifiées et développe avec le temps une forme de résistance aux maladies. Le vignoble est moins fragile, j’en suis persuadé. Par exemple, sur des vignes bien en place, on peut constater un certain frein à la prolifération d’oïdium et mildiou, les attaques sont moins virulentes et malgré les situations à risque. On voit également des débuts de mildiou qui ne se développe pas, végète et se dessèche. Et ces constats sont souvent liés à des vignes qui fonctionnent très bien.

C’est un cercle vertueux dont les résultats sont difficilement quantifiables. Toutefois on voit bien que le sol change d’aspect et d’odeur : il gagne en souplesse, en granulométrie, et acquiert une texture grumeleuse et aéré. Je suis également persuadé que l’on augmente le volume de notre sol ».
Une fois la pompe de l’Aeroflot mis en route, le brassage s’étend sur 24 heures. Une fermentation microbienne se développe et le liquide chauffe et mousse naturellement

 

Article paru dans Viti n°417 de mai/juin 2016 vtlead417_01_couv.jpg

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière