Imprimer
Commentaires
Reynald Parmelin, Vaud (Suisse)

L’irrigation pour aider le végétal quand il en a vraiment besoin

Publié le 09/06/2022 - 09:30

Après l’année 2003 caniculaire, Reynald Parmelin, viticulteur dans le canton de Vaud en Suisse, a choisi de tester un système de goutte-à-goutte dans une de ses parcelles. Depuis, lorsqu’il replante de nouvelles vignes dans son domaine La Capitaine, il installe ce système aérien. Environ 75 % de son domaine de 25 ha, conduit en AB et en biodynamie, sont à ce jour équipés. « Ces quatre dernières années (sauf en 2021), on a irrigué mais pas forcément toutes les parcelles. C’est du cas par cas, selon la parcelle, le cépage. Généralement, nous avons assez d’eau au printemps, mais à partir de juillet, ça se gâte », raconte le viticulteur qui produit ses vins blancs et rouges sous l’AOC la-côte. Après la véraison, l’irrigation est interdite mais nous avons eu une autorisation spéciale, il y a trois ans, car la vigne avait énormément soif. »

Il peut irriguer jusqu’à trois fois dans la saison une même parcelle avec à chaque fois des apports de 80 m3/ha. « Le but n’est pas de faire des grosses baies mais d’aider le végétal lorsqu’il en a vraiment besoin », assure-t-il.

L’eau utilisée provient du lac Léman. « Nous avons la chance d’avoir autour de nous des arboriculteurs qui irriguent depuis quarante ans. Nous avons donc un réseau d’eau proche des vignes, où j’ai pu connecter mes tuyaux », décrit le viticulteur qui adhère à deux syndicats d’arrosage. Pour gérer au mieux les apports d’eau, il s’appuie notamment sur les stations météorologiques dispersées dans la région lémanique et des sondes tensiométriques utilisées avec des collègues arboriculteurs.

Article paru dans Viti Leaders de mai 2022

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière