Imprimer
Commentaires
En pratique

Comment creuser une fosse pédologique dans les vignes en place ?

Publié le 02/03/2021 - 09:23
Pour creuser une fosse, il vous faut  une micro-pelle ou un tracteur équipé d’un godet.

Cet article de Viti Leaders de février 2021 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Réaliser un profil cultural dans les vignes nécessite un peu de matériel, mais surtout du temps, notamment avant la réalisation du trou. Voici quelques conseils pratico-pratiques avant de se lancer.

Où creuser sa fosse ?

Avant de démarrer sa micro-pelle ou son tracteur équipé d’un godet, il faut savoir où creuser ses fosses.

Plusieurs possibilités :

• un endroit où la vigne fonctionne bien. Le rendement et la qualité y sont au rendez-vous. Cette fosse vous donnera un point de repère dans un contexte satisfaisant ;

• un endroit où la vigne a des problèmes : de sensibilité à la sécheresse, de sous-production chronique, de sur-vigueur…

Ces deux cas peuvent se rencontrer au sein d’une même parcelle.

Avant de creuser, resituer la parcelle dans son environnement. Est-elle en bas de pente ? Plantée sur un ancien champ agricole ? Plantée dans un sol réputé pour être très calcaire, peu ressuyant… Il est plus intéressant de faire une fosse à un moment de l’année où il y a de l’herbe dans les vignes. Les racines sont un bon indicateur pour évaluer la fertilité physique du sol. Mais, le meilleur conseil est de creuser une fosse lorsque l’on a du temps, et si possible un sol qui est ressuyé en surface. Attention, « ressuyé en surface » ne veut pas dire qu’au fond de la fosse il n’y aura pas d’eau. Donc prévoyez des bottes !

Quels matériels ?

Pour creuser une fosse, il vous faut :

• de quoi creuser un trou le plus profond possible. L’objectif est de faire un profil sur toute la profondeur de sol que peuvent explorer les racines de la vigne. Selon les parcelles, la roche-mère sera à 30, 60, 120 cm ou plus ;

• une micro-pelle ou un tracteur équipé d’un godet ;

• un couteau pour rafraîchir le profil ;

• des bottes ;

• un appareil photo ou son Smartphone. Ces photos vous serviront si vous voulez avoir l’avis d’autres personnes sur votre sol. Elles peuvent aussi alimenter le site Internet et les réseaux sociaux du domaine ;

• un cahier et un crayon pour prendre des notes.

Quelles dimensions ?

La profondeur du trou dépend de celle du sol. Il est conseillé d’aller jusqu’à toucher la roche. Dans une vigne en place, la longueur du trou doit avoir une emprise sur minimum deux pieds de vigne.

La largeur du trou dépend en premier lieu de l’écartement des rangs. Ensuite, il est recommandé d’avoir une fosse qui recoupe la zone de passage des roues de tracteurs et la zone où les engins ne passent pas.

Si la vigne est plantée à haute densité et la fosse profonde, vous pouvez prévoir une longueur de fosse plus grande. Pour entrer et sortir, mais aussi pour vous mouvoir, cette précaution vous apportera plus de confort.

Avant de commencer les observations

Avec le bout de la lame de votre couteau, rafraîchissez le profil. La pelle a lissé les parois. En grattant le sol, vous faites réapparaître les agrégats naturels du sol.

Le rafraîchissement se fait sur toute la profondeur du sol, sur 20 cm de large, et sur deux faces du trou ; celle parallèle au rang de vigne et celle perpendiculaire au rang.

Plusieurs méthodes à combiner
Chaque méthode de diagnostic de la structure du sol apporte des informations sur l’état structural du sol, mais aucune des méthodes, utilisées individuellement, ne permet un diagnostic suffisamment complet à l’échelle d’une parcelle pour répondre aux différentes questions courantes sur le terrain.
• La bêche permet un diagnostic rapide de la structure des 25 premiers centimètres du sol, mais n’autorise pas l’observation en profondeur.
• La tige pénétro permet de détecter des problèmes de tassements profonds non repérés avec la bêche, mais ne renseigne pas sur le type de porosité présente.
• Le mini-profil 3D offre un diagnostic plus approfondi en ce qui concerne le type de porosité sur les différents horizons (couche travaillée et non travaillée), mais la zone étudiée reste limitée du fait du faible nombre de prélèvements.
• Le profil cultural complet lève les limites du mini-profil 3D, mais reste très lourd à entreprendre et ne peut pas être répété facilement, ni sur la surface d’une parcelle ni dans le temps.

Le test de la bêche est complémentaire aux fosses
Le test bêche, mis en place par l’Isara, est une méthode rapide et simple à mettre en œuvre qui consiste à observer la structure sur une bêchée de sol.
Pour réaliser ce test, il faut s’équiper d’une bêche, d’une bâche pour poser la bêchée, d’un couteau et d’un mètre. Le test s’effectue sur un sol correctement ressuyé et en dehors des passages de roues. Il dure environ vingt minutes.
Ce test de surface, qui demande peu de logistique, est complémentaire à la réalisation d’une fosse pédologique pour :
• multiplier les observations de sol, en surface ;
• évaluer la qualité du travail du sol ;
• jauger l’implantation racinaire des couverts ou engrais verts.

INFO +
Avant de creuser, identifiez les espèces poussant dans votre couvert s’il est spontané. Les plantes donnent des indications sur les propriétés du sol où elles poussent. Ces observations seront complémentaires à celles obtenues par la fosse. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter en ligne le document « Les plantes bio-indicatrices », édité par les Bios du Gers gabb32.org.

Article paru dans Viti 458 de février 2021

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière