Imprimer
Commentaires
Protection

Le vignoble de Bordeaux a divisé par deux l’utilisation de fongicides classés CMR

Publié le 06/02/2019 - 10:00

D'après les données de la Banque Nationale des Ventes de produits phytosanitaires (BNV-D) de Gironde complétées et consolidées avec celles des GDON, du SME, des firmes, des distributeurs, de la DRAAF, l’IFV, l’INRA et du CIVB, la proportion de produits phytosanitaires fongicides classés CMR est passée sous la barre des 10%, en Gironde. 
Évolution sur 10 ans du tonnage des matières actives fongicides utilisées dans la vigne en Gironde (fongicides)

Le CIVB se félicite de ce résultat et précise dans le plan Développement Durable présenté en début d'année:

Les viticulteurs bordelais sont les premiers concernés par la dangerosité des produits qu’ils utilisent. Le CIVB invite à éviter l’utilisation dans la vigne de produits contenant des agents cancérigènes mutagènes reprotoxiques. Une liste de produits alternatifs est en ligne sur le site professionnel (accès réservés aux membres de la filière).

L’objectif est de se passer définitivement de ces produits et il est demandé que des solutions alternatives soient développées par les firmes agrochimiques avec l’accord de l’État.

Entre 2014 et 2016, le vignoble de Bordeaux a divisé par deux l’utilisation de pesticides classés CMR, soit -55% en trois ans.


En parallèle et en l'espace de dix ans, les produits de biocontrole dont fait partie le soufre, a bien augmenté. Cette famille représente 40% des ventes de produits phyto exprimées en tonnes. 

Le tonnage de cuivre est stable. 

Le CIVB investit environ 400 000 € par an (1/3 du budget recherche) au soutien des recherches et travaux pour la réduction de l’usage des pesticides. Les travaux portent notamment sur :

  • Création de variétés durablement résistantes aux principales maladies fongiques respectant les spécificités bordelaises et adaptées au changement climatique.
  • Étude de variétés résistantes déjà existantes dans les conditions du vignoble bordelais.
  • Stimulation des défenses de la vigne par des molécules naturelles ou des extraits de sarments.
  • Modélisation des maladies et déploiement d’une viticulture de précision. 
  • Essais de produits de biocontrôle (ou lutte biologique).

Note du CIVB: les données issues de la BNV-D sont des données de vente. Elles ne précisent ni le lieu ni la date d'utilisation (département ou autre année). Toutefois le graphique présente révèle l'évolution des pratiques de la filière.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière