Imprimer
Commentaires
Recherche

Soigner la vigne par la vigne

Publié le 04/01/2013 - 14:09

La station de recherche suisse d‘Agroscope Changins travaille depuis quelques années sur la recherche de substances naturelles au potentiel antifongique pour lutter contre les maladies de la vigne. Dans ce cadre, une cinquantaine de plantes issues de la pharmacopée suisse ainsi que des plantes cultivées ont été passées au crible pour y découvrir des molécules offrant un potentiel antifongique. Les résultats les plus surprenants concernent…  la vigne elle-même, qui s’avère une source de substances intéressantes.
Katia Gindro d’Agroscope Changins indique :

En effet, des sarments de vigne aoûtés, habituellement taillés en hiver puis éliminés, nous ont permis de découvrir plus d'une cinquantaine de molécules présentant divers degrés de toxicité envers le mildiou, l'oïdium ou encore la pourriture grise, ceci quel que soit le cépage utilisé. Un peu plus de 10 molécules sont capables de stopper le développement de ces  trois maladies en même temps.

L'identification des structures chimiques de toutes ces molécules est en cours de validation grâce à la collaboration du groupe mycologie d'Agroscope avec le laboratoire de phytochimie et de pharmacognosie de l'université de Genève. Ces résultats ont été suffisamment prometteurs pour que le partenaire industriel du projet, Tribo Technologies, finance le dépôt d'un brevet fédérant tous les acteurs de cette recherche, à savoir Agroscope, l'université de Genève, Tribo Technologies et le regroupement des neuf premiers grand crus bordelais (château Ausone, château Cheval Blanc, château Haut-Brion, château Lafite-Rothschild, château Latour, château Margaux, château Mouton-Rothschild, château Petrus et château d'Yquem). À long terme, ce travail doit mener au développement et à l'homologation de nouveaux produits fongicides en utilisant et en valorisant les sous-produits de la vigne.

À noter que cette thématique de recherche est également explorée en France, notamment à travers le projet Actisarm (valorisation des sarments de vigne dans un schéma de traitements alternatifs) mené par l’IFV et l’université de Tours.
 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière