Imprimer
Commentaires
Viticulture

Des tests encourageants d’enherbement sous le rang de vigne dans le Tarn

Publié le 24/04/2020 - 09:00
Quel que soit l’enherbement choisi sous le rang, naturel ou semé, l’interrang devient la variable d’ajustement. photos : Chambre d’agriculture du Tarn

Testé dans le Tarn, l’enherbement sous le rang peut être une piste intéressante pour certains vignobles afin d’éviter des désherbages chimiques.

Des premiers tests d’enherbement sous le rang, effectués entre  2017 et  2019 chez un viticulteur du réseau Dephy dans le Tarn, sont encourageants, mais ils sont très dépendants du millésime.

La variable d’ajustement

Thierry Massol explique : « L’enherbement, qu’il soit naturel ou semé, peut être une alternative au désherbage chimique. Les résultats dépendent évidemment de la présence de la flore sous le rang et des caractéristiques du sol. Mais, quel que soit le choix, nous savons d’ores et déjà que l’interrang est la variable d’ajustement pour gérer le stress hydro-azoté en pratiquant des engrais verts, un travail du sol superficiel, une fertilisation adaptative… »

Quel que soit l’enherbement choisi sous le rang, naturel ou semé, l’interrang devient la variable d’ajustement. photos : Chambre d’agriculture du Tarn Dans la parcelle de Pascal Pélissou, un sol de boulbène implanté en cabernet-sauvignon à hauteur de 4 500 pieds, la flore dominante sous le rang est composée de vulpies, d’érigerons, de véroniques et de plus en plus de plantains. Trois modalités de désherbage sous le rang ont été comparées : application chimique, enherbement naturel depuis 2013, et enherbement semé avec la marque Revin (trèfle blanc et souterrain, trèfle de Perse, trèfle de Micheli et luzerne tronquée). Pour les deux dernières modalités, l’entretien sous le rang est effectué avec une brosse en deux ou trois passages. Sur les trois ans, le rendement a toujours été supérieur au désherbage chimique (moins 11  % pour l’enherbement naturel, moins 35  % pour l’enherbement semé). Les pesées de bois de taille indiquent une vigueur moindre pour les modalités enherbées (moins 20  % en moyenne). En tendance (les résultats peuvent varier en fonction des conditions climatiques), le rapport potasse/magnésium était le plus favorable avec l’enherbement naturel, et l’azote plus important avec la modalité désherbage chimique. En 2019, une nouvelle modalité a été semée avec, comme objectif, de n’avoir aucun passage à faire sous le rang (enherbement rasant de chez Barenbrug enherbement 7 : trèfle souterrain, trèfle blanc nain et trèfle fraise). Thierry Massol affirme : « L’enherbement, qu’il soit naturel ou semé, ne s’adapte pas à tous les objectifs des vignerons. Mais il peut être une piste intéressante pour des objectifs de cépages rouges haut de gamme à 30-50  hl/ha en fonction des sols. »

Chères lectrices, chers lecteurs,
En ces temps de crise, Groupe6TM, éditeur de votre magazine "Viti" et son site mon-viti, a décidé de vous donner libre accès à l’ensemble des contenus désormais publiés sur www.mon-viti.com. En raison de l'arrêt de l'activité de nos prestataires (imprimeur et routeur), vos prochains magazines papier "Viti" et leurs pages leaders pourraient ne pas être imprimés et livrés.
À période exceptionnelle, mesure exceptionnelle : nos journalistes continuent de vous informer par le biais d'une newsletter quotidienne et gratuite, comportant les dernières informations vérifiées sur la crise sanitaire, ainsi que celles en lien avec votre secteur d’activité.
>> S’abonner à la newsletter gratuite quotidienne.
Votre expertise et vos expériences nous sont précieuses. N’hésitez pas à nous en faire part sur les réseaux sociaux (TwitterFacebook et LinkedIn). Nous nous en ferons l’écho à chaque fois que vos retours seront utiles à la communauté.

Article paru dans Viti 451 d'avril 2020

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière