Imprimer
Commentaires
Mas numérique

Démontrer la valeur ajoutée du numérique de la vigne au chai

Publié le 08/01/2018 - 10:40

Cet article de Viti Leaders de décembre 2017 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Après une première année de service, le Mas numérique, un projet porté par Montpellier SupAgro et quatorze entreprises spécialistes de l’agriculture numérique, a ouvert ses portes. De la vigne au chai, des technologies commercialisées sont mises en synergie sur un domaine de 35 ha.

Pera-Pellenc, ITK, Smag, Vivelys... 14 entreprises, au total, ont pris part au projet du Mas numérique au côté de Montpellier SupAgro. Durant trois ans, sur un domaine viticole en production, propriété de l’école d’agronomie de Montpellier, l’enseignement académique et des sociétés impliquées dans l’agriculture numérique se réunissent. « Les entreprises mettent à disposition leurs solutions, leurs outils et du temps pour former les permanents du domaine à leurs utilisations », explique Thomas Crestey, responsable du projet.

Démonstration sur le terrain de la viticulture numérique

Sur le Mas numérique, la volonté n’est pas de comparer des systèmes de production, de confronter des solutions concurrentes ou d’en tester d’autres en cours de développement. La recherche cède le pas à la pratique. Équipé, le Domaine du Chapitre devient un site de démonstration de ce que peut être la viticulture mesurée et pilotée grâce aux nouvelles technologies d’observation de la terre et de captures de données automatiques. Chacune des technologies présentes sur le Mas numérique est aboutie et rend un service novateur. Parmi elles : une station météo connectée, des OAD pour gérer la protection phytosanitaire de la vigne, un logiciel de traçabilité, des cartes d’hétérogénéité parcellaire... Sur le site, propriété de l’école d’agronomie de Montpellier, elles sont combinées afin d’appréhender leurs complémentarités.

De la complémentarité à l’interopérabilité

Après un an d’utilisation, Christophe Clipet, responsable du domaine du Chapitre (Hérault) dresse un premier bilan : « L’équipe qui se compose de 7 salariés dont 3 ouvriers agricoles a su adapter sa façon de travailler à ses nouveaux outils. Il a fallu de la formation et chacun a évolué à son rythme. Les premières impressions montrent que l’on a gagné en confort de travail puisqu’in fine, au quotidien, nous communiquons mieux. Les données et préconisations fournies confortent aussi nos raisonnements. à l’usage, en revanche, on constate que certains logiciels demandent de rentrer plusieurs fois les mêmes renseignements. Nous partageons ces retours avec les entreprises partenaires. » Et certaines évoquent désormais la possibilité de concevoir des solutions réellement interopérables.

Une vocation pédagogique

Durant les deux années restantes du projet sous mécénat, des technologies supplémentaires vont être intégrées au système comme la solution de traçabilité Keyfield d’Axe-Environnement. Aussi, le Mas Numérique se positionne comme un lieu de formation pour les enseignants, les élèves et les techniciens. « Des visites permettront de répondre aux interrogations sur les apports du numérique pour la viticulture et d’accueillir des structures qui souhaitent identifier l’intérêt des technologies existantes lorsqu’elles sont utilisées en synergie. Ces visites permettront aussi de prendre connaissances des résultats observés sur le Mas numérique », expliquent les responsables du projet qui ont d’ores et déjà commencé leur travail d’accueil et de formation.

Article paru dans Viti hors-série Les Enjeux de décembre 2017Viti les Enjeux décembre 2017

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière