Imprimer
Commentaires
Vente

Quelles tendances de consommation dans une France confinée ?

Publié le 03/04/2020 - 11:45
Les foires aux vins de printemps 2020 n'attirent pas les clients confinés (S.Badet).

La France est sous cloche depuis plus de deux semaines. Une situation inédite qui déclenche des comportements étonnants.

La ruée vers les valeurs refuge

Queues de plusieurs dizaines de mètres, bagarres dans les supermarchés, ruée sur certains produits, chariots comptant plus de 200 articles et stockage dans des proportions incroyables. Et jusqu’à un an de consommation de pâtes acheté par une seule personne ! Telles ont été les scènes vécues juste après l'annonce de la décision du confinement.

Les rayons épicerie sèche sont vides (S.Badet).

Les arbitrages des consommateurs se sont faits au profit des produits alimentaires faciles à conserver et des produits d’hygiène. Des valeurs refuge ! À l’inverse, les produits frais (suspectés d’être porteurs du Covid-19) et les articles à la mode, donc jugés non indispensables, ont été délaissés. Ainsi, les produits bio, vegan, "sans", n’intéressent plus le consommateur, qui leur préfère des références classiques.

Après ce coup de folie, le confinement s'installe maintenant dans la durée et plusieurs tendances, émergentes avant la crise sanitaire, devraient s’accélérer :

  • un très fort développement des ventes en ligne et du drive (y compris le drive piéton) pour compenser la fermeture de la plupart des marchés de plein vent ;
  • un intérêt de plus en plus grand pour les circuits courts, la vente directe, le made in France, le "home made", les commerces de proximité, les supérettes et les petits supermarchés au détriment des hypermarchés, vis-à-vis desquels le Covid-19 ne semble qu’accélérer le désamour des Français ;
  • le "consommer moins mais mieux" et le retour à une consommation plus responsable.

Face à l’agribashing, cette crise pourrait finalement avoir un côté positif en permettant au consommateur de redécouvrir le rôle important (celui de nourrir la population) que jouent les agriculteurs et de revaloriser l’image du monde paysan.


La consommation de vin devrait pâtir du Covid-19

Dans ce contexte, qu’en est-il de la consommation d’alcools et de vin ?  À la différence de certains pays comme l’Australie ou l’Ukraine, qui voient leur consommation s’envoler, la France ne semble pas dans cette tendance.

Même s'il est amusant de faire un apéroskype avec ses amis, l’alcool ne s’inscrit pas dans une logique de valeur refuge et de produit de première nécessité. Peu de vin vendu, et une consommation qui s’affichera probablement en berne, avec une tendance au repli forcé qui incitera le dégustateur à déstocker sa cave plutôt qu’à découvrir de nouvelles pépites chez un détaillant.
Avec la fermeture des restaurants et des cavistes, on pourrait légitimement penser que la grande distribution et les ventes en ligne raflent la mise. Pourtant, les rayons et les foires aux vins de printemps sont désespérément déserts !

Le consommateur confiné ne semble pas avoir l’esprit au vin ou aux alcools de qualité, produits plaisir et de partage par excellence. Il leur préfère l’achat de bières de grandes marques, faciles à boire, pour accompagner un moment de désœuvrement dans le canapé ! 

Les ventes de bières sont en légère hausse d'après le dernier panel Nielsen

De plus, la crise du Covid-19 affecte d'abord les premiers consommateurs français de vin, à savoir les personnes âgées, dont la cave n'est pas, actuellement, la préoccupation première. Par ailleurs, cette partie de la clientèle est peu tournée vers le digital et vers le drive, leur préférant les cavistes, les Salons et la vente directe.

Bref, et malgré l’idée qu’avec le confinement nous allons tous finir alcooliques, la période devrait être peu favorable à la filière vin en matière de consommation. Il y a malheureusement des chances pour que cette crise ne fasse qu’accélérer la baisse de la consommation en France.

Chères lectrices, chers lecteurs,
En ces temps difficiles de confinement, le groupe 6TM, éditeur de votre magazine "Viti" et de son site Internet mon-viti, a décidé de vous donner libre accès à l'ensemble des contenus désormais publiés sur www.mon-viti.com. En raison de l'arrêt de l'activité de nos prestataires (imprimeur et routeur), votre prochain magazine ne pourra pas être imprimé et distribué.
À période exceptionnelle, mesure exceptionnelle : nos journalistes continuent de vous informer par le biais d'une newsletter quotidienne et gratuite, comportant les dernières informations vérifiées sur la crise sanitaire, ainsi que celles en lien avec votre secteur d'activité.
Votre expertise et vos expériences sont précieuses. N'hésitez pas à nous en faire part sur les réseaux sociaux (TwitterFacebook et LinkedIn). Nous nous en ferons l'écho à chaque fois que vos retours seront utiles à la communauté.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière