Imprimer
Commentaires
Filière

Vallée du Rhône : Franck Riester face aux professionnels viticoles

Publié le 15/03/2021 - 15:03

Vendredi 12 mars, Franck Riester était dans les vignes rhodaniennes. Face au ministre délégué chargé du commerce extérieur et de l’attractivité, les représentants des Vignobles de la Vallée du Rhône ont fait valoir leurs préoccupations, en présence de Thierry Devimeux, préfet de l’Ardèche, plusieurs parlementaires, ainsi que le Chef Guillaume Gomez, nouvel ambassadeur de la gastronomie française.

Crédit: INTER RHONE. Philippe Pellaton, le président d’Inter Rhône, a notamment rappelé l’impact de la taxe Trump (en 1 an, le marché américain est passé de la 1ère à la 2ème place des exportations, avec une perte de 16% en volume et 21 millions d’euros). Philippe Pellaton a confirmé la satisfaction que représente la suspension provisoire de ces droits. Il a toutefois alerté le Ministre sur l’obligation d’obtenir la suspension définitive de cette taxe de 25% sous le court délai du moratoire (4 mois) afin de sécuriser les exportations et redonner un élan commercial aux opérateurs qui investissent massivement sur ce marché depuis de nombreuses années.

Autre sujet évoqué : les inquiétudes concernant la Chine. Ce pays suspend toutes les activités promotionnelles sur son sol, en application d’une loi de 2017 qui prévoit que les ONG étrangères doivent être enregistrées sur le territoire chinois via un bureau de représentation ou une WOFE pour mener un programme de promotion en Chine. Jusqu’à présent, cette loi n’avait pas été mise en application et les interprofessions continuaient à réaliser leur programme de promotion, via des agences locales. Le président d’Inter Rhône a tenu à rappeler qu’au-delà des entreprises qui voient leurs exportations baisser, c’est toute la filière de la production qui est touchée en amont.

Samuel Montgermont, nouvellement élu président de l’UMVR (Union des Maisons de Vins du Rhône), a regretté que les exportations ne soient pas suffisamment soutenues, et à fortiori de celles du secteur du vin (seulement 250 millions d’euros, tous secteurs confondus). Il a redit l’importance de capitaliser sur la marque « France » à l’international, qui demeure la meilleure ombrelle pour les exportateurs français.

Michel Chapoutier, négociant en Vallée du Rhône et Président de l'Union des Maisons et Marques de vin (UMVIN) a enchaîné, en signalant que les entreprises ne peuvent toujours pas se projeter sur le marché des USA (1er marché en valeur et en marge) et que le manque à gagner est irrattrapable. Il a sollicité du ministère une réflexion sur l’indemnisation de l’ensemble des opérateurs de la filière pénalisés commercialement.

Franck Riester a assuré que tout serait mise en œuvre pour aider les acteurs de la filière à sortir de la crise, en précisant que les pays de l’Union Européenne avaient l’obligation de rester forts et solidaires pour pouvoir résister à une guerre commerciale mondiale sans précédent.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière