Imprimer
Commentaires
Pulvérisation

Épandage aérien dans les vignes de l'Aude: la Conf’ envisage de saisir la justice

Publié le 27/05/2020 - 17:45

Suite à l’arrêté publié le 23 mai autorisant l'épandage par hélicoptère de bouillie bordelaise jusqu'au 5 juin sur l'ensemble des départements de l'Aude et de l'Hérault, la Confédération Paysanne émet ses critiques : « Alors que le soleil brille depuis plus d'une semaine maintenant, que le vent souffle et que le thermomètre dépasse les 30°, difficile de voir quelles parcelles seraient encore inaccessibles en tracteur ou en quad. Nous rappelons que tout épandage aérien hors du cadre strict de l'arrêté, sur des parcelles accessibles par voie terrestre, serait passible de six mois d'emprisonnement et d'une amende de 150 000 €, tel que prévu par le délit mentionné sous l'article L. 253-17 du Code rural et de la pêche maritime. »

Le syndicat souligne que certaines pratiques viticoles sont en cause. « Maintenir un enherbement sur certains rangs permet aux viticulteurs d'entrer sur leurs parcelles, même en conditions humides. En supprimant le désherbage et le travail profond du sol lors de printemps humides, une protection phytosanitaire peut être réalisée dans des conditions normales. »

La Conf’ poursuit :

Contrairement au message que le Syndicat des vignerons, Coop de France et les Vignerons indépendants voudraient faire passer, ces traitements aériens sont loin de faire l'unanimité dans la profession. Au-delà du coût et de l'efficacité contestable, nombre de viticulteurs s'inquiètent de l'image véhiculée par cette initiative pour les vins du Languedoc. La mobilisation des chambres d'agriculture de l'Aude et de l'Hérault sur ce dossier est totalement disproportionnée avec les attentes des vignerons qui doivent faire face à des problèmes économiques dus à la crise du Covid. Quant au gouvernement, nous ne sommes malheureusement plus étonnés par son manque de crédibilité à vouloir mener une transition écologique et solidaire, tant de fois affichée, tant de fois bafouée. La Confédération paysanne envisage toujours de saisir la justice administrative avec France Nature Environnement et ECCLA.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière