Imprimer
Commentaires
Occitanie

Pourquoi créer un logo pour identifier les vins en conversion vers l'AB?

Publié le 24/07/2018 - 13:36
Les adhérents de SudVinBio pourront apposer ce nouveau logo pour identifier les vins en d'Occitanie en conversion vers l'agriculture biologique

À partir du millésime 2018, les consommateurs pourront trouver des bouteilles de vin marquées d’un nouveau logo ; celui permettant d’identifier les vins de la région Occitanie en conversion vers l’agriculture biologique (CAB).

Patrick Guiraud, président de SudVinBio explique la démarche initiée par l'association :

Le constat est simple : il faut trouver des solutions pour accélérer le rythme de conversion afin d’augmenter les surfaces de vignes et les volumes de vins certifiés AB. 

Avec plus de vins AB produits en région Occitanie, nous pourrons satisfaire la demande des consommateurs français et étrangers, éviter que les cours ne flambent et aussi prendre des parts de marché sur les concurrents italiens et espagnols, qui eux connaissent une croissance à deux chiffres dans le nombre de conversion. 


Un soutien financier des metteurs en marché pour motiver à la conversion

Pour susciter de nouvelles adhésions à la viticulture bio, les membres producteurs et metteurs en marché de SudVinBio ont donc mis en place une démarche partenariale pour soutenir les vignerons en conversion. Les metteurs en marché adhérents à SudVinBio paieront le vin en conversion à 90 % du cours des vins bio. "La conversion nécessite de faire des investissements matériels et d’augmenter ses coûts de producteurs. Produire en respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique est plus onéreux qu’en viticulture conventionnelle, rappelle Nicolas Richarme, vigneron et président de la commission Millésime Bio à SudVinBio. Pourtant, durant la conversion, les vins sont payés au prix des vins conventionnels. L’aspect financier est un frein à la transition vers l’AB. Le contrat imaginé par SudVinBio permet de le lever."

Si les metteurs en marché s’engagent sur une rémunération, les producteurs aussi doivent respecter des obligations. Jacques Frelin, négociant et vice-président de SudVinBio les liste:

Pour apposer le logo « CAB » sur les bouteilles, le vin doit être produit en Occitanie, par un producteur adhérent à SudVinBio, en deuxième ou troisième année de conversion, contrôlé et certifié par un organisme tiers compétent. Enfin, chaque lot de vin devra faire l’objet d’une analyse de résidus de pesticides. 
 

Développer et sécuriser le sourcing des négoces

"Ce logo, qui ne pourra être utilisé qu’en France, et la démarche initiée par SudVinBio sont positifs pour toute la filière, estime Gérard Bertrand, négociant-producteur dans le Languedoc. Cela va permettre de développer une viticulture vertueuse et de soutenir financièrement les producteurs qui s’engagent vers la certification européenne. Pour les metteurs en marché, cet effort financier permet en contrepartie de développer, sous contrat, les approvisionnements en vin bio. Même la GMS, interrogée sur le sujet, s’y retrouve. Avec les vins en conversion à l’agriculture biologique, elle élargit son offre en vins durables."

Les adhérents de SudVinBio ont dévoilé le logo CAB


Une démarche initiée en Occitanie qui pourrait faire trainée de poudre

La charte et le logo imaginés par SudVinBio ont pour le moment une portée régionale.  Pour Patrick Guiraud, l'élargissement est possible :

A priori, nous avons tout intérêt à ce que la démarche soit portée par le plus grand nombre. Rien n’est figé ; aux interprofessions bio des autres régions de voir. Plus le logo sera présent sur le marché, plus les consommateurs l’identifieront. Acheter des vins CAB, c’est soutenir des producteurs en route vers la labellisation AB.

L’objectif que s’est fixé SudvinBio est ambitieux mais réaliste : que 50 % des surfaces de vignes d’Occitanie soient certifiées bio d’ici 2028. Le logo et la charte associée sont un des moyens pour y arriver. 

 

Reprise des conversions en bio en 2017

D’après les derniers chiffres de l’Agence bio, 5 835 exploitations viticoles sont engagées dans la viticulture biologique en 2017, soit une progression de 11 % par rapport à 2016.
La surface en bio progresse, quant à elle de 4 %, pour atteindre 61 048 ha (surfaces certifiées), auxquels s’ajoutent 17 617 ha en conversion (+ 46 % par rapport à 2016).
La barre des 10 % de surfaces de vignes en bio est atteinte.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière