Imprimer
Commentaires
Viticulture

La Bout’Machine : une vendangeuse pour récolte manuelle

Publié le 08/09/2017 - 15:55

Cet article de Viti Leaders de juillet/août 2017 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Francis Boutemy réinvente la récolte. Avec la Bout’Machine, les vendangeurs assis à hauteur des grappes n’ont plus à marcher dans le rang. Les raisins sont triés manuellement sur la machine. Le gain de temps est estimé à 40 % par le vigneron.

Play

 

Francis Boutemy, propriétaire du Château Haut-Lagrange à Léognan (33) est à l’origine d’une vendangeuse originale, mi-homme, mi-machine ! « C’est en discutant avec un salarié que nous avons eu l’idée d’utiliser le principe qu’une récolteuse à tabac. Dans notre cas, nous avons des vendangeurs mais ils sont assis sur la machine à hauteur des grappes. Sur la plateforme en hauteur, d’autres personnes trient les baies afin qu’elles ne soient stockées dans une trémie embarquée. »

La Bout’Machine, nom de l’invention, est équipée d’un moteur de 21 ch et d’une pompe hydraulique qui entraînent les roues motrices, un tapis sur lequel est transporté le raisin, et les vérins associés. Chacune des trois roues est bloquée en ligne droite et est embrayée pour tourner en bout de rang. « Mais l’élément essentiel, c’est la moustache située devant ! Nous avons mis deux ans avant de trouver la bonne forme. C’est cette barre courbée qui guide la machine, en suivant les pieds de vigne, et la plaque métallique, en dessous du timon, l’empêche de se planter dans le sol », explique Francis Boutemy.

Moins de temps pour plus de qualité

Dix personnes travaillent sur et autour de la Bout’Machine pendant les vendanges. Six vendangeurs, assis, récoltent chacun un rang. Ils sont positionnés par deux dos à dos. Trois autres personnes marchent derrière la machine, elles ramassent les quelques grappes restantes. Enfin, une dernière personne, située sur la plateforme, réalise le tri au fur et à mesure que les grappes arrivent. Elle contrôle également la vitesse d’avancement et maîtrise le transfert de la récolte dans une remorque. Le raisin est déversé à l’aide d’un tapis mobile situé au fond de la trémie.

« Avant 2006, date à laquelle la machine a été fonctionnelle, les vendangeurs devaient se mettre à genoux à chaque pied, se relever pour aller à l’autre, attendre le porteur lorsque leur panier était plein… avec cette machine nous avons gagné 40 % du temps de vendange : nous ramassons nos 7,5 ha de rouges à une moyenne de 0,8 ha par jour pour seulement 8 l de gasoil. En plus, les vendangeurs n’ont plus mal au dos et nous obtenons une matière première plus propre que lorsque le tri était réalisé au chai ! Les 45 000 € investis ont donc été amortis en seulement cinq ans », explique le vigneron.

Un brevet a été déposé pour cette invention, il est possible de contacter Francis Boutemy pour plus d’informations.

 

Article paru dans Viti Leaders n° 426 de juillet/août 2017

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière