Premium
Imprimer
Commentaires
Marketing

Sept raisons d’utiliser la BD dans la communication viti-vinicole pour se différencier

Publié le 28/02/2020 - 09:00

Voici sept raisons d’utiliser la bande dessinée dans sa communication vitivinicole, d’après Jacques Glénat, éditeur de la maison d’édition éponyme.

Le domaine du vin est un contexte fabuleux pour raconter des histoires. Et ces histoires, pourquoi ne pas les conter en bandes dessinées ? Jacques Glénat, éditeur de la maison éponyme, a bien compris que ce support s’adaptait merveilleusement bien au monde du vin. C’est la raison pour laquelle il a publié des bandes dessinées telles que Châteaux Bordeaux ou encore la série de mangas Les Gouttes de Dieu. Lors d’une conférence au Vinocamp1, il a présenté sept raisons pour lesquelles BD et vin se marient bien !

1. Une communication positive !

La bande dessinée positive le vin. Elle le magnifie par l’imagination. De plus, elle démocratise son univers qui peut paraître codifié et compliqué pour les néophytes. Elle fait découvrir cet univers de manière ludique. La bande dessinée peut servir à expliquer le monde du vin dans tous les genres (humour, policier, etc.). C’est par exemple le cas de la série Châteaux Bordeaux, une saga familiale mêlant passions et trahisons, ayant pour cadre une exploitation viticole dans le Médoc.

2. En image

La B D montre les images du vin. Elle l’explique par des illustrations de vignerons, de vignes, de dégustation, de géographie, etc. Encore mieux que le cinéma ! Et c’est d’ailleurs plutôt le cinéma qui vient chercher l’inspiration dans les BD. C’est le cas par exemple avec Le sang de la vigne, une série proposant de savoureuses intrigues dans le milieu vinicole. Cette BD, dont chaque album forme une enquête auto-conclusive, est une adaptation des romans à succès de Jean-Pierre Alaux et Noël Balen par Corbeyran (scénario) et Sandro (dessins). Elle a également été adaptée en série TV sur France 3, avec Pierre Arditi dans le rôle principal. Ici, le vin est une énigme, la solution est au fond du verre.

3. Les histoires du vin

La bande dessinée raconte en images les histoires du vin ! L’ouvra ge peut présenter l’historique réel comme la collection Vinifera qui permet de découvrir, en 30 albums, l’histoire passionnante du vin, de l’Antiquité à nos jours. À travers cinq cycles d’histoires indépendants, cette œuvre plonge dans les arcanes d’un savoir ancestral, des amphores de Pompéi à la viticulture bio. Clos de Bourgogne a choisi, pour sa part, de raconter une fiction. Le manga Les Gouttes de Dieu est plutôt une mise en scène autour des cinq sens humains. Et l’ouvrage Les chroniques de la vigne, de Fred Bernard, a préféré, quant à lui, mettre en avant les hommes et les traditions.

Les vendanges graphiques
Vignes, vins et BD se déclinent aussi en festival !
À noter : la prochaine édition du festival Vendanges graphiques se tiendra les 7 et 8  mars 2020 à Condrieu (69).
L’association La marque rouge, à l’origine de ce festival, regroupe des passionnés de la vigne et de la BD. Elle a reçu un Iter Vitis Award national pour cette initiative et pour sa créativité. Pour en savoir plus, consulter le site Web .
Et rendez-vous sur le site Internet de votre magazine Viti et son agenda !

4. De l’humour et du suspense !

La BD est festive, pleine d’humour et de suspense !

Par exemple dans La Romanée contée, véritable polar bachique, un duo de flics, le Lyonnais Arsène Pinot et la Franco-Chinoise Clothilde Ping, doit résoudre une affaire des plus mystérieuses : la disparition lors d’une soirée au Clos de Vougeot du plus grand vigneron français, Aubert de Villaine. Leur quête les mène jusqu’aux confins de la Chine, nouvel eldorado des grands vins français, avec une immense surprise à la clé…

5. Populaire

La bande dessinée est un objet populaire, de bonne image, aimée des médias, qui plaît autant aux hommes qu’aux femmes. En effet, destiné à tous les publics, c’est un objet finalement peu onéreux, accessible. La BD est culturelle, comme le vin ! De plus, elle n’est pas soumise à la loi Évin.

6. Internationale

Cette forme d’expression artistique est internationale. Il existe des comics américains, des mangas orientaux… Une bande dessinée est assez facile à adapter dans toutes les langues. C’est le cas de la série Les Gouttes de Dieu, un manga traduit en français, où pédagogie rime avec œnologie. Avec 44 volumes parus et plus d’1,1 million d’exemplaires vendus, cette série a contribué à l’ouverture du vin européen sur le marché asiatique.

7. Joli cadeau

La BD est un joli cadeau, qui fait souvent plaisir, pour un budget raisonnable. Pour les BD citées dans cet article, compter de 8,99 à 14,50  euros.

La maison Glénat en quelques chiffres
Les Éditions Glénat ont fêté leurs 50 ans en 2019 ! Le vin fait partie des thèmes explorés par la maison à travers ses titres. Créée en 1969 par Jacques Glénat, cette maison d’édition française est spécialisée dans les domaines de la BD, du manga, des comics et des beaux livres (mer, montagne, gastronomie, patrimoine et jeunesse).
Avec 800 nouveautés par an, le chiffre d’affaires de Glénat est réparti ainsi : la BD représente 50  %, le manga 40 %, et le reste des activités livres 10  %.
Plus d’infos : glenat.com

Article paru dans Viti 448 de janvier 2020

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière