Imprimer
Commentaires
Vin

Ils utilisent Airbnb pour faire connaître leurs activités œnotouristiques

Publié le 03/12/2018 - 17:04
Parmi les prestations proposées au Domaine Joseph Lafarge : une visite accompagnée de la vigne. © Domaine Joseph Lafarge

Cet article de Viti Leaders de novembre-décembre 2018 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

 

Vous connaissez tous Airbnb pour ses offres d’hébergement aux quatre coins du globe. Mais savez-vous que le site Web propose aussi des « expériences » œnotouristiques ? Zoom sur le domaine Lafarge et le château Belloy qui ont tenté l’aventure.

 

Le site Internet Airbnb est connu pour ses offres de réservations d’hébergement partout le monde. Il propose également des « expériences », des activités diverses, et les offres œnotouristiques rentrent tout à fait dans ce cadre. Il est donc possible d’inscrire vos visites-dégustations, cours d’œnologie, balades à vélo dans les vignes sur le site, à condition d’en respecter les règles. Tout d’abord ce n’est pas le domaine ou la structure qui peut proposer son activité, il doit forcément s’agir d’une personne.

Autre point à connaître : nul besoin de proposer un hébergement sur le site pour pouvoir inscrire votre « expérience ». Concrètement, le site demande de renseigner très précisément les activités proposées (les visites libres par exemple ne rentrent pas dans ce cadre, elles doivent être forcément accompagnées). Vous devez donc préciser la date, le créneau horaire, le prix, le nombre maximum de personne, la description de la prestation, etc.

 

Un canal supplémentaire

Vous pouvez organiser des « expériences » aussi souvent que vous le souhaitez, il n’y a pas de limites. Idem concernant les dates : et il est même « recommandé » de proposer de nombreuses dates, car cela fait partie des critères d’appréciation du site (nombreuses dates, bons commentaires, etc.) dont l’algorithme tend à faire ressortir les offres qui correspondent à ces critères. La mise en avant de vos prestations œnotouristiques sur Airbnb constitue un canal supplémentaire pour améliorer sa visibilité, mais elle n’est pas forcément adaptée à tous les Domaines, car elle demande une certaine disponibilité et la maîtrise de l’anglais le plus souvent.

 

Anthony Lafarge, Domaine Joseph Lafarge, Lugny, Bourgogne : « Cela m’amène une autre clientèle »


Au domaine Joseph Lafarge, Anthony Lafarge exploite 13 ha de vignes, essentiellement de cépage chardonnay, avec un peu de pinot noir et de gamay. Ce domaine du Mâconnais, situé à Lugny, produit du crémant, du blanc, du rosé et un peu de rouge. Il commercialise ses vins au négoce et en vente directe au caveau. Il propose, depuis plusieurs années, une prestation de chambres d’hôtes (cinq au total) et cinq autres hébergements insolites sous forme de tonneau. La capacité maximale d’hébergement au domaine est de 35 personnes. Anthony Lafarge a mis en place trois autres types d’activités œnotouristiques : un parcours de visite (vigne et chai) suivi d’une dégustation (durée 1 h 30), un cours d’œnologie (avec dégustation) durant environ 2 h 30, et une demi-journée permettant aux œnotouristes de devenir « acteurs » et de participer aux travaux du moment à la vigne (taille, ébourgeonnage, etc.) avant d’effectuer le parcours de visite et la dégustation des vins.
Pour mettre en avant ces offres œnotouristiques, il les propose également, depuis juin 2018, comme « expériences » sur le site Airbnb.
« Ce sont des prestations que je propose déjà sur mon propre site Web, mais aussi via d’autres sites comme Good Spot (activités proposées en lien avec les hébergements Gîtes de France). Mes offres étaient déjà bien calées, les inscrire comme “expériences” sur Airbnb n’a pas posé de problème. La mise en ligne est rapide, en moins de deux jours. L’un des avantages est la visibilité : toutes les personnes qui réservent un hébergement dans la région – même si ce ne sont pas mes hébergements – visualisent automatiquement les expériences possibles dans la région. Cela m’amène donc une autre clientèle que celle de mes chambres d’hôtes ou de mes œno-tonneaux. Une des contraintes, mais qui n’en est pas une pour moi, est qu’il faut tenir ses engagements : si une seule personne réserve une visite, il faut l’assurer. Mettre ces “expériences” sur Airbnb demande une grande disponibilité. Mais comme j’ai déjà un créneau de réservé pour mes propres clients (avec une capacité d’hébergement de 35 personnes, il y a toujours des personnes intéressées par les visites), ce n’est pas un souci. Les visiteurs peuvent s’inscrire à mes “expériences” tous les jours.
Généralement, ce sont des étrangers, il faut maîtriser l’anglais. Mais comme j’étais déjà sur booking.com et Expédia, qui amènent eux aussi de la clientèle non francophone, j’effectue une partie de mes visites en anglais, cela n’a donc pas changé mes habitudes. Côté rémunération, les clients payent directement Airbnb qui me reverse automatiquement le coût de la prestation (environ 20 % de commission). Les versements sont très rapides à l’inverse de certains autres sites. Autre point intéressant : les commentaires sont toujours enrichissants – même si cela met tout de même un peu la pression, mais il faut jouer le jeu. Ils permettent de voir ce qui plaît ou non et d’adapter au besoin le contenu des prestations proposées. Depuis juin, environ 70 à 80 personnes ont réservé une “expérience” œnotouristique chez moi via Airbnb. Cela s’est bien passé et je compte poursuivre ma présence sur le site en 2019. »

 

 

Château Belloy, Saint-Michel-de-Fronsac, bordeaux : « Bien réfléchir à son planning »
Le château Belloy s’étend sur 10 ha sur l’appellation canon-fronsac. Il a développé une offre œnotouristique conséquente et reçoit 5 000 personnes par an. Trois personnes sont dédiées à cette activité. Il propose depuis avril 2018, des « expériences » œnotouristiques sur le site Airbnb. 200 à 300 personnes sont venues au domaine grâce au site Internet depuis le lancement de ces offres. « Nous avons décidé d’inscrire plusieurs “expériences” sur Airbnb pour disposer d’un canal supplémentaire afin de développer l’œnotourisme. Nous proposons plusieurs types d’“expériences”, en plus de nos chambres d’hôtes : visite-dégustation, balade à pied, à vélo, balade à énigme (jeu de piste avec un road book au sein du vignoble), explique Franck Texier, vigneron et copropriétaire du château Belloy. Ainsi qu’une dégustation à l’aveugle, un repas avec accords mets et vins, etc. Globalement, nous avons du succès sur les choses originales.
C’est intéressant, cela donne une bonne visibilité. En revanche, cela demande une organisation qui n’est pas adaptée à tous les domaines viticoles je pense. Dans le fonctionnement du site, il faut déclarer les jours et les heures où vous êtes disponibles pour votre prestation œnotouristique. Cela nécessite de bien réfléchir à son planning, car si une prestation est vendue, il vaut mieux ne pas l’annuler. Ce n’est pas apprécié par Airbnb et, du coup, on est moins placé dans le référencement du site. Les commentaires sont intéressants et qualitatifs, contrairement à d’autres sites. Seules les personnes qui ont fait les “expériences” peuvent laisser des commentaires. Dès que la visite est faite, le paiement est effectué, c’est appréciable. On peut fixer le prix que l’on veut pour une “expérience” et le modifier en cours de saison si besoin. Il faut aussi tenir compte du fait que la clientèle amenée par Airbnb est le plus souvent étrangère et non francophone, cela nécessite donc de faire des visites en anglais à part. Il faut être capable de le faire, et cela peut être difficile si l’on a en même temps des visiteurs français venus au domaine directement. Autre point : pour être bien référencé par Airbnb, il faut proposer beaucoup de dates, ce n’est donc pas adapté à tout le monde. La vente des activités touristiques est un monde particulier et ce n’est pas toujours facile de trouver de bons partenaires. Airbnb en est un, ça tourne bien, ils sont réactifs. Ils ont une recherche de qualité impressionnante. »


 

Article paru dans Viti Leaders de novembre-décembre 2018

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière