Commentaires
Pulvérisation

Bien choisir ses buses

Publié le 04/06/2014 - 15:57

Pour parler optimisation de la pulvérisation, l’ATV 49 a choisi le domaine de Brizé, à Martigné-Briand pour sa demi-journée technique le 22 mai dernier. En traitements viticoles, 60% de la bouillie atteint le feuillage, alors que 40% est perdue, répartie également entre les pertes au sol et dans l’air, a rappelé Nicolas Rubin, conseiller technique à l’ATV49, avant d’ajouter:

"Pour optimiser sa pulvérisation, il est donc essentiel de vérifier son équipement: débit, pression, filtres et état des buses. L’orientation des diffuseurs est très importante: à régler en fonction du feuillage et, si possible, entre chaque parcelle !"

 
Depuis 2000, les 40 ha de vignes du domaine de Brizé sont cultivés selon la démarche de viticulture durable Terra Vitis. Pour Didier Vazel, responsable des cultures, limiter l’emploi des produits phytosanitaires est un objectif fixé depuis longtemps. Le pulvérisateur Vectis de Tecnoma de l’exploitation permet selon lui une bonne pulvérisation, avec un jet porté proche de la végétation (30 cm).
 
Des comparaisons de buses ont été faites par l’ATV49 sur le Vectis Tecnoma de l’exploitation.

  • Les buses à turbulence Teejet 80° (jet conique) forment des gouttelettes très fines, portées par l’air, qui peuvent aller plus facilement derrière les feuilles et sur les faces inférieures du feuillage.
  • Les buses à injection d’air Albuz AVI 110° anti-dérive (jet plat, dit jet pinceau), forment des gouttelettes plus grosses, donc moins portées par l’air; les faces inférieures des feuilles sont alors moins protégées. Ceci pose un réel problème pour les produits de contact.

Pour Nicolas Rubin, de l’ATV 49, les buses à injection d’air peuvent montrer un intérêt pour des pulvérisateurs à jet projeté équipés de panneaux récupérateurs, à condition que l’angle formé à la sortie des buses ne soit pas trop large, pour permettre de capter l’ensemble de la dérive.
 
Autre point important: en pulvérisation pneumatique, les diffuseurs ne doivent pas être positionnés face à face, ce qui permet de créer une turbulence au sein du feuillage, et d'appliquer ainsi la bouillie sur le maximum de surface des feuilles. Idéalement, la position des diffuseurs devra permettre une application de la bouillie "à rebrousse-poil" lors de l’avancement.

En lien avec ce sujet :
Passez votre circuit de pulvérisation en revue (article Mon Viti)
Comment régler son pulvé de façon optimale (article Mon Viti)
► Bilan des fermes Déphy en région Centre (article Mon Viti)
 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière