Imprimer
Commentaires
Vitiforesterie

Antoine Brisson, Champagne : 200 arbres plantés, aucun matériel changé

Publié le 22/11/2021 - 08:46

Cet article de Viti Leaders de novembre-décembre 2021 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Adepte de l’agroforesterie, Antoine Brisson a planté récemment 200 arbres sur certains rangs de vignes, avec des fruitiers et du bois d’œuvre. L’enjeu est de poursuivre la conduite mécanisée de son vignoble, avec diverses conduites des arbres.

Avec 200 arbres plantés l’hiver dernier sur 5,3 ha de vignes, à raison d’un arbre tous les 8 m entre deux ceps, pour rester dans la densité exigée par le cahier des charges de l’AOC champagne, Antoine Brisson reconnaît qu’il est sur une phase d’expérimentation. « Sur mes terres céréalières, je vais planter une rangée d’arbres tous les 38 m, en lien avec mon pulvé de 36 m. Sur mes vignes conduites en conventionnel, j’ai eu la même réflexion, avec entre deux lignes d’arbres trois passages de pulvé à diffuseurs couvrant 9 rangs, soient des arbres tous les 27 rangs », explique le viticulteur, membre de l’association Arbre et Paysage en Champagne, convaincu par le retour de l’arbre dans ses parcelles notamment pour des questions de biodiversité, de vie du sol, et d’apport de carbone.

Les 13 rangées d’arbres – un bois d’œuvre1 et un fruitier2 en alternance sur le rang – ne devraient donc pas poser de problème pour la protection fongique. Les essences dédiées au bois d’œuvre seront conduites en trogne. « J’envisage de faire la trogne à 3,30 m de haut, correspondant à la hauteur du garde-corps d’une plateforme sur mon enjambeur, avec une coupe à la tronçonneuse tous les trois ou cinq ans en broyant in situ les branches pour apporter du carbone au sol. Le tracteur devrait ainsi passer sous les branches. » Les arbres fruitiers seront, quant à eux, conduits façon espalier, en alignement sur le rang, avec un fil ajouté au-dessus du palissage des vignes.

« Pour l’entretien des sols, la vendange manuelle ou la taille, l’ajout d’arbres ne change rien ! Seul le passage de ma rogneuse au-dessus du rang n’est plus possible sur la ligne plantée d’arbres. Cette année, je donc sorti la cisaille, et l’affaire était vite réglée. On peut aussi imaginer un rognage mécanisé en faisant face après face, précise-t-il. Si l'on m'avait expliqué l’intérêt de l'arbre pendant mes études agricoles et viticoles, j'en aurais planté en même temps que mes vignes en 1992 afin qu'ils apprennent à cohabiter depuis le début. »

(1) Arbres bois d'œuvre : alisier blanc, alisier torminal, aulne de Corse, cormier, érable champêtre et plane, tilleul à grandes feuilles, orme de Lutèce.

(2) Fruitiers : poirier, pommier, pêcher, prunier, amandier, abricotier, noisetier, cognassier, plaqueminier, nectarinier, cerisier, nashi, figuier.

 

Article paru dans Viti Leaders n°465 de novembre-décembre 2021

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière