Premium
Imprimer
Commentaires
Œnotourisme

Quand les touristes vendangent…

Publié le 08/11/2019 - 08:00

Depuis cinq ans, Myriam Fouasse-Robert propose l’expérience «  vendangeur d’un jour  », parmi diverses prestations, au vignoble Alain Robert à Chançay. Récit d’une activité réussie.

Dans l’appellation vouvray, Myriam Fouasse-Robert propose depuis 2014 aux clients du vignoble Alain Robert, à Chançay, l’expérience «  vendangeur d’un jour  ». Le succès est immédiat. Vingt-neuf personnes s’inscrivent au premier rendez-vous. «  Depuis, je limite le nombre à vingt participants, note l’ancienne professeur d’anglais, afin de les encadrer de la meilleure façon possible. Dès la première année, des Japonais ont assisté à ce stage.  »

Organisée une fois par an, toujours un samedi, la manifestation se calque sur les vendanges du domaine, entre le 15  septembre et le 15  octobre. La prestation et le repas coûtent 40  euros par adulte (20  euros par enfant jusqu’à 12 ans). L’accueil commence à neuf heures par un café. Puis, le groupe vendange environ deux heures après avoir reçu les consignes. Deux employés du domaine accompagnent Myriam Fouasse-Robert pour épauler les vendangeurs néophytes. «  En général, ils remplissent une benne à vendange, précise-t-elle, mais nous utilisons des caisses si le groupe est restreint. Nous évitons ainsi les pertes, car il s’agit de la récolte du domaine !  » L’activité est très encadrée.

La matinée se termine par une démonstration de la machine à vendanger soit sur place, soit chez un viticulteur voisin. Ainsi, le groupe appréhende la vendange telle qu’elle se pratique dans l’appellation.

Une formation adéquate

Après un repas préparé par Myriam avec des produits locaux (fromages, charcuteries…), les personnes observent comment les raisins récoltés par leurs soins sont pressés au chai par Cyril Robert, le mari de Myriam, vigneron indépendant et copropriétaire du domaine, avec sa sœur Catherine Médard.

Myriam Fouasse-Robert ne travaille pas à proprement parler au domaine. Elle a créé son entreprise, Rendez-vous dans les vignes, afin de proposer des prestations pour les touristes français et étrangers, mais aussi pour les locaux. Après une formation à l’Esthua de Saumur (49) sur le thème tourisme et vin, elle travaille quelques mois à la maison des vins de Loire à Saumur, puis à la maison des vins de Tours. «  C’est alors que je me suis aperçue que les touristes étaient demandeurs de visites dans les vignes  », se souvient Myriam Fouasse-Robert.

Une dizaine de prestations sont proposées au domaine : dégustations de vins du domaine et de la région, balades dans les vignes, en journée, au crépuscule, à vélo, en bateau, atelier taille, promenade littéraire… Ses clients ? Des entreprises, des particuliers, des vignerons et deux clubs d’œnologie. Et l’expérience est un succès. Myriam Fouasse-Robert estime qu’elle peut en vivre dignement. Le domaine est rémunéré par les ventes de vins générées par le flux touristique.

Myriam a plusieurs cordes à son arc et se donne les moyens de réussir. Elle a créé son site Internet elle-même, grâce au logiciel en ligne Jimdo. Un site qu’elle alimente régulièrement hors saison touristique, de novembre à février, gage de consultation selon Google. Depuis trois ans, les réservations se font en ligne, grâce à une aide de la Région Pays de la Loire qui finance le système. Les bénéficiaires, comme Rendez-vous dans les vignes, paient seulement une commission par réservation retenue. «  La réservation en ligne demande une offre bien structurée et claire. J’ai opté pour un acompte de 25  % pour éviter les annulations de dernière minute  », souligne Myriam Fouasse-Robert.

L’importance de se faire connaître

Rendez-vous dans les vignes soigne également sa notoriété locale, grâce à une présence dans le guide édité par l’agence de développement du tourisme d’Indre-et-Loire et de Loir-et-Cher. Moyennant une cotisation de 250  euros, Myriam Fouasse-Robert bénéficie de diverses prestations de l’office de tourisme d’Amboise (37) et de deux éductours organisés pour les professionnels du tourisme. Elle est aussi répertoriée à l’office de tourisme de Tours, qui prélève une commission par réservation, et à celui de Montlouis-Vouvray, qui demande une adhésion de 50  euros.

Chaque hiver, elle suit une formation dédiée à l’e-tourisme, organisée par la Région, qui lui apporte une aide précieuse. Par exemple, deux sites ont été constitués pour plus de lisibilité, l’un en anglais et l’autre en français, au lieu d’un site bilingue. Le domaine est aussi recensé au niveau national sur le site des Vignerons Indépendants de France. Ce dernier a établi une liste des adhérents proposant l’expérience de «  vendangeur d’un jour  » par région. Il est ainsi possible de vendanger manuellement chez onze vignerons ou de visiter une cinquantaine de domaines pendant les vendanges.

Viti 446 octobre 2019

Article paru dans Viti 446 d'octobre 2019

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière