Imprimer
Commentaires
Gaz carbonique

Encore trop d’accidents par asphyxie

Publié le 25/07/2019 - 09:12

Cet article de Viti 443 de mai-juin 2019 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Selon les derniers chiffres de la MSA, sur la période 2012-2014, en France, sept décès ont été occasionnés par asphyxie, dans un silo ou dans une cuve. Le gaz carbonique étant plus lourd que l’air, il s’accumule dans les parties basses et dans les espaces confinés. La composition de l’air ambiant est modifiée, ce qui entraîne de grands risques d’asphyxie.


Pour vérifier l’absence de risques d’intoxication avant de pénétrer dans les locaux, et au cours du travail, la concentration en CO2 doit être inférieure à 3 % et celle en oxygène supérieure à 19 %. Des détecteurs fixes ou portables de CO2 assurent ces mesures. Le coût d’un tel équipement est d’environ 200 €. Le contrôle dans les cuves se fait à deux, avec un outil portatif au niveau des points bas.
La MSA recommande cette méthode d’évaluation et proscrit, au contraire, le test de la bougie : « Le test de la bougie est inefficace et dangereux. » La bougie s’étend lorsque la concentration en oxygène est inférieure à 16 % et/ou lorsque la concentration en CO2 de l’air est supérieure à 14 %. Pour repère, l’air ambiant contient 0,04 % de CO2. Si l’air inspiré contient 4 % de CO2, la fréquence respiratoire augmente, à 10 % des troubles visuels apparaissent, à 14 % c’est la perte de connaissance et à 25 %, un arrêt respiratoire qui entraîne le décès.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière