Premium
Commentaires
Réglementation

Sans contrôle pulvé, gare aux pénalités !

Publié le 11/07/2018 - 12:42
« En début de saison, on voit de gros nuages derrière le pulvérisateur, avec de 30 à  40 % de la bouillie partie dans les airs », explique Vincent Polvèche, directeur du GIP Pulvé. CP : GIP Pulvé

Ne pas soumettre son pulvérisateur au contrôle obligatoire tous les 5 ans, c’est courir le risque de sanctions… enfin a priori. Trop de producteurs, notamment viticoles, « oublient » cependant ce rendez-vous, faute de sanctions. C’est l’occasion pourtant de faire vérifier son matériel pour éviter les fuites et appliquer la bonne dose.

« En grandes cultures, les contrôles de pulvérisateurs sont bien suivis. En polyculture-élevage, ils le sont moyennement, en arboriculture assez peu et en viticulture très peu avec seulement 30 à 40 % des pulvés contrôlés », reconnaît Vincent Polvèche,...

 Cet article est réservé aux abonnés du magazine :
Pas encore abonné ?
Découvrez la richesse de nos contenus : 
nous vous offrons 7 jours de lecture gratuite sur le site. 
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous ici !

 

Je m'inscris 

vtlead415_01_couv_bis.jpg
 
Vous préférez accéder à tous les articles en illimité et recevoir votre magazine chez vous. 
Découvrez nos offres d'abonnement

 

 

Je m'abonne

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière