Imprimer
Commentaires
AREV

Trois résolutions envoyées à l’UE

Publié le 06/05/2015 - 18:41

Lors de la dernière session plénière de l’Assemblée des régions européennes viticoles (AREV), tenue  à Chouilly, en Champagne-Ardenne (France), trois résolutions ont été votées à l’unanimité, destinées à la Commission Européenne :
 

  • Défense de la viticulture en forte pente

 
La Commission Viticulture en Forte Pente de l’AREV demandent que soit défini et créé un statut spécifique pour ce type de viticulture à handicap naturel,  et que soit ancrée, dans le cadre du Règlement de base (UE) N° 1308/2013, la possibilité de subventionner ce type de viticulture par des mesures d’aide spécifiques, à côté des autres mesures de restructuration et d’investissement, de promotion, de vendange en vert, etc.
 
 

  • Lutte contre la Flavescence dorée

L’AREV demande à la Commission Européenne de prendre toutes initiatives en vue d’établir un état des lieux à l’échelle européenne des mesures de surveillance et de contrôle de la maladie ; d’harmoniser au niveau européen les stratégies de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur ; de financer des programmes de recherche dans le Huitième Programme Cadre Horizon 2020 (sur cette maladie et ses agents vecteurs potentiels, et sur la conception d’outils techniques de détection, de lutte et de réduction des impacts, et en particulier sur la mise au point de stratégies alternatives aux traitements chimiques pour la maîtrise des populations de vecteurs) ; et enfin de mettre en place des indemnisations pour les viticulteurs, notamment dans le cadre des programmes nationaux d’aides pour la filière viticole.  Et tout cela « dans les plus brefs délais ».
 

  • Résolution ICANN, « .vin » et « .wine »

L’AREV manifeste depuis plusieurs mois ses vives inquiétudes face à l’absence de mesures de protection – contrairement aux noms de marques – des noms des AOP et des IGP viticoles européennes (et des noms des régions éponymes) dans les futurs noms de domaine internet « .vin » et « .wine ».  En sa qualité de gardienne des Traités, la Commission Européenne devra montrer sa détermination totale dans la défense du concept des AOP et IGP en exigeant que soient appliquées « online » les mêmes règles que celles qui s’appliquent dans l’économie réelle.
 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière