Imprimer
Commentaires
Vers de la grappe

Le Groupe ISIDORE développe la confusion sexuelle

Publié le 05/12/2016 - 12:45

À l’occasion du Vinitech, le Groupe Isidore, négoce familial d’agrofourniture implanté en Charentes, Gironde, Dordogne et à Sancerre (150 salariés, CA 85 millions d’euros) a convié une centaine personnes à un bilan et à un partage d’expérience sur la lutte contre les vers de la grappe par confusion sexuelle.

En 2010, le Groupe Isidore a mis en place le service AOC : Accompagnement Optimal de la Confusion. Depuis, grâce à une gestion collective des îlots et à des observations systématiques et formalisées, les traitements insecticides complémentaires sont limités au strict minimum pour assurer une qualité de récolte acceptable, indique le négoce.

En 2016, la surface de vignoble confusé en France est de 50 000 ha dont près de 5 000 sont suivis par le Groupe Isidore.

« Comme toute méthode de biocontrôle, la confusion doit être pratiquée sur le long terme. Pourtant, l’impact direct sur la qualité de la récolte est visible dès la première année comme le montre les observations comparatives ci-dessous sur un îlot mis en place en 2016 », a-t-il été expliqué.

isidore.png

Avec l’arrivée d’un nouveau type de diffuseur sur le marché en 2017 (le Puffer, disponible pour la lutte contre les Eudémis) et l’intérêt toujours grandissant des viticulteurs pour les méthodes alternatives, le Groupe Isidore pense que la confusion sexuelle peut largement se développer. Et de conclure :

« La mise en œuvre d’aides publiques comme c’est le cas dans d’autres régions et a fortiori en Allemagne, permettrait sans aucun doute à la France de devenir le leader de cette mise en œuvre. »

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière