Imprimer
Commentaires
Flavescence dorée

La cicadelle vectrice identifiée en Alsace

Publié le 19/07/2016 - 10:20

Des cicadelles vectrices de la flavescence dorée (Scaphoideus titanus) viennent d’être identifiées dans l’aire d’appellation. Ce qui change notablement la donne de la vigilance de la maladie sur le vignoble alsacien.

phytoplasme_fd_david_l.jpg

Qu’on se rassure, la lutte insecticide obligatoire n'est pas encore prévue. Toutes les conditions ne sont pas réunies en Alsace. Si l'insecte vecteur, la cicadelle, est détecté, la maladie, elle, n'a pas encore été observée sur des plants porteurs du phytoplasme responsable de la flavescence dorée

Jusqu’à présent, quelques pieds flavescents avaient été identifiés dans le vignoble alsacien, de façon très éparse, avec peut-être une introduction par des bois contaminés en pépinière provenant d’autres régions viticoles déjà touchées par la maladie.
Mais le petit insecte piqueur suçeur, vecteur du phytoplasme, donc susceptible de propager la maladie, n’avait jusqu’alors pas été identifié en Alsace. Quand bien même on trouvait ici ou là un pied contaminé, le vignoble bénéficiait donc d’une relative tranquillité vis-à-vis de cette maladie qui décime des vignobles plus méridionaux.


Depuis la semaine dernière, les choses semblent changer


C’est Philippe Kuntzmann, de Vitisphère-Alsace, qui « au cours d’un prélèvement pour comptage en acariens et en typhlodromes, dans une vigne à proximité de Colmar », a identifié des larves de Scaphoideus titanus. L’identification a été validée par le laboratoire d’entomologie de l’Anses.
Après avoir procédé à l’élevage des larves, il a obtenu un adulte. Et il se trouve que la cicadelle de la flavescence dorée est bel et bien installée dans la parcelle observée. « Avec une densité de 7 larves pour 100 feuilles. » Pas de quoi déclencher des traitements donc, puisque nous le rappelons, le phytoplasme infectieux n’est pas présent et qu’il faut les deux, l’insecte et le parasite pour déclencher les traitements.


Cependant, la présence de la cicadelle de la FD, va désormais notablement changer la donne de la surveillance de la maladie dans le vignoble alsacien. Et il va falloir recourir à davantage d’analyses de génotypes dès lors qu’un pied présente la maladie. En effet, le simple aspect visuel d’un pied flavescent ne permet pas de distinguer s’il s’agit de flavescence dorée ou même de la maladie du bois noir. Et même s’il présente les symptômes, il peut aussi être atteint d’un autre phytoplasme, celui de la jaunisse de l’aulne, qui ne présente pas de risque de transmission épidémique par S. titanus.
Seule une analyse poussée permet de dire si le pied malade est infesté par un phytoplasme de la FD à transmission épidémique par Scaphoideus titanus.


En tout état de cause, la présence de l’insecte vecteur ne va pas manquer de relancer le débat sur la nécessité d’obtenir une traçabilité en pépinière totalement étanche, avec des bois indemnes de phytoplasmes.
Car si un pied est atteint, la présence de l’insecte vecteur fera que la lutte insecticide risque bien d’être rendue obligatoire par arrêté préfectoral.
Par ailleurs, les campagnes de prospection rapprochée, dans le vignoble, seront également à l'ordre du jour. Celles pratiquées en Bourgogne ont montré à ce jour leur efficacité pour raisonner la lutte à la zone touchée, et pour endiguer la maladie.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière