Imprimer
Commentaires
AB

La FNAB demande un "Plan Cuivre" quelle que soit la décision sur la ré-homologation du fongicide

Publié le 25/10/2018 - 12:00

En janvier, l'Union Européenne tranchera sur la ré-approbation du cuivre dans les usages agricoles. Le fongicide autorisé en agriculture biologique est sur la sellette à cause de sa toxicité sur les micro-organismes du sol et l'environnement (accumulation du métal dans le sol).

La suppression du cuivre pour lutter contre le mildiou empêcherait les vignerons certifiés AB de contrôler la maladie. Cette hypothèse inquiète la FNAB qui se mobilise:

Autorisé en agriculture biologique, le cuivre est actuellement la seule alternative aux produits chimiques de synthèse pour lutter contre les bactéries et champignons, en viticulture notamment. Il est également de plus en plus en plus utilisé en viticulture conventionnelle comme alternative aux pesticides chimiques de synthèse. Son usage est aujourd’hui menacé, portant le risque de rendre inévitable une déconversion pour un grand nombre de producteurs et productrices bio, en totale incohérence avec les objectifs du Plan Ambition Bio 2022.

Quelle que soit la décision européenne, une dynamique de restriction des usages du cuivre est enclenchée depuis plusieurs années. Il est temps que le gouvernement français prenne la mesure du changement que cela implique et agisse sur son territoire pour préserver ses filières biologiques et accompagner ses agriculteurs et agricultrices qui œuvrent au quotidien pour la préservation de l’environnement et de l’humain 

Les réprésentant de la FNAB demandent donc la mise en place d'un plan « cuivre » qui devra donner les moyens d’avancer aux organismes de recherche (ITAB et INRA) et aux organismes de développement agricole sur :

 L’observation de l’évolution du mildiou

L’analyse des impacts des usages actuels du cuivre

 L’analyse comparée de la toxicité du cuivre et de celle des produits qu’il remplace lors de la conversion en agriculture biologique

La recherche sur les alternatives au cuivre compatibles avec le cahier des charges biologique

 La formation des producteurs sur l’usage de ces alternatives

 La levée des freins réglementaires pour le développement de ces alternatives

 La structuration économique de ces filières alternatives  

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière