Imprimer
Commentaires
BRGM

De nombreuses nappes d’eau souterraines présentent des situations peu favorables

Publié le 05/10/2022 - 11:12

Le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières), service géologique national français, a fait un point il y a quelques jours sur la situation des nappes d’eau souterraines au 1er septembre 2022.

« L’étiage 2022 (basses eaux) devrait être particulièrement sévère sur la plupart des nappes, à l’exception du sud-ouest. Les niveaux des nappes à l’entrée d’hiver 2022-2023 seront nettement inférieurs à ceux de l’année dernière. La recharge 2022-2023 conditionnera donc les niveaux de l’année prochaine. Elle devra être particulièrement abondante et longue pour permettre aux réserves de se reconstituer. La situation devra être surveillée sur l’ensemble du territoire jusqu’à l’étiage puis durant toute la période de recharge », explique le BRGM.

La situation est particulièrement défavorable, avec des niveaux bas à très bas par rapport à tous les mois d’août des années précédentes, dans plusieurs zones :

  • nord-est (nappes de la craie champenoise, des calcaires jurassiques de Lorraine à la Côte-des-Bar et des alluvions de la plaine d’Alsace),
  • centre-ouest (nappes du socle du Massif armoricain, des calcaires jurassiques du Bessin, du Poitou et de la Brenne, des sables du Maine et de la craie de Touraine),
  • centre-est (nappes inertielles des cailloutis plio-quaternaires de Bourgogne-Franche-Comté, des alluvions et corridors fluvio-glaciaires du Rhône moyen et de la molasse miocène du Bas-Dauphiné)
  • sud-est (nappes des alluvions et des formations complexes de Provence et de la Côte d’Azur).

Pour consulter en détail la carte de France de la situation des nappes au 1er septembre 2022, suivez ce lien.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière