Imprimer
Commentaires
Priorité Prévention

5 M€ pour lutter contre l’alcoolisme en France pendant 4 ans

Publié le 28/06/2018 - 11:33

La filière vitivinicole représentée par Vin & Société a remis hier au président de la République sa contribution au Plan National de Santé Publique « Priorité prévention », et participe ainsi à la « révolution de la prévention » voulue par le président de la République.

Vin & Société mobilisera 2 millions d’euros en 4 ans – 2019/2022 – pour mettre en œuvre ces mesures. Au global, les producteurs et négociants de vins, spiritueux et bières ont proposé ce mercredi près de 5 millions d'euros pour financer pendant quatre ans des actions de prévention contre la dépendance à l'alcool, notamment chez les femmes enceintes et les jeunes.

"Il s'agit d'une grande première" a déclaré à l'AFP Joel Forgeau, président de Vin et Société. Il a remis un plan comportant 30 mesures à la conseillère Santé et à la conseillère Agriculture de l'Elysée, Audrey Bourolleau, qui a elle-même été déléguée générale de Vin & Société avant de rejoindre Emmanuel Macron.

Parmi les principales mesures portées par la filière vitivinicole détaillées ici :

  • Faire mieux respecter l’interdiction de vente d’alcool aux mineurs :
  • Informer sur les risques liés à la conduite sous l’influence de l’alcool :
  • Intensifier la lutte contre le binge drinking
  • Contribuer à la diffusion du message « zéro alcool » pendant la grossesse
  • Promouvoir les comportements responsables auprès des consommateurs
  • Améliorer la connaissance et la mise en œuvre de la consommation responsable auprès des futurs professionnels
  • Améliorer l’autorégulation en matière de publicité et favoriser les bonnes pratiques.

La filière viticole va investir 500.000 euros par an pendant quatre ans sur des actions de formation et de prévention, et les deux autres filières (spiritueux et brasserie) dépenseront à elles-deux 700.000 euros par an, a dit M. Forgeau, soit au total 4,8 millions d'euros sur quatre ans.

Point de crispation avec les autorités de Santé, l'agrandissement du logo interdisant l'alcool aux femmes enceintes est l'une des mesures proposées, souligne l’AFP. La profession propose que la vignette double de taille, à 0,8 millimètre au lieu de 0,3 ou 0,4 mm et qu'elle soit imprimée avec plus de contrastes.

L'alcoolo-dépendance est un problème en France car elle touche 2,9% de la population, alors que selon l'OMS, elle ne touche que 0,5% de la population en Italie et 0,7% en Espagne qui sont également de grands producteurs de vins, admet M. Forgeau. Or, ces deux pays ont mis en place depuis des années des programmes de prévention co-construits avec les filières de producteurs. Nous préférons nous inspirer de leur modèle plutôt que de celui des pays du nord de l'Europe qui utilisent l'arme fiscale et des discours moralisateurs excessifs, explique le responsable à l’AFP.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière