Imprimer
Commentaires
Pub de la coopération agricole

Bien mais pas encore au top!

Publié le 09/07/2014 - 16:47

En février dernier, la coopération agricole sous l’égide de Coop de France lançait une campagne de communication. Objectif : donner de la visibilité à la coopération agricole française auprès du grand public.
A l’occasion du 42e congrès de la CCVF, un bilan de la première année a été dressé. Les résultats de l’étude d’impact de la campagne publicitaire diffusée à la télé ont été dévoilés. D’après Ipsos, les Français ont appréciés les valeurs collectives et solidaires défendues par la coopération. Un bon point quelque peu contrarié par le deuxième constat :

Les Français n’ont pas identifié qui était l’émetteur de ce joli spot. La coopération agricole n’est pas sortie pas de l’ombre au printemps 2014 ! Tout ceci pourrait changer en novembre.

A la fin de l'automne et en février 2015, le spot TV raccourci et avec un message recentré sera de nouveau diffusé sur 6 grandes chaines nationales. Une campagne radio et d’affichage dans les gares de Province est aussi prévue.

Coop de France entend aussi renforcer l’image de la coopération agricole auprès des leaders d’opinion mai aussi en interne.

A ce jour plus de 600 coopératives, sur les 2 400 que compte Coop de France, ont participé au financement de cette campagne de communication. Le budget global s’élève à 4,5 millions d’euros pour trois ans.

Au cours du congrès de la CCVF Boris Calmette a encouragé de nouvelles coop à rejoindre le groupe de celles déjà investies financièrement dans la campagne de promotion :

Plus nous serons nombreux, plus nous serons unis, et plus notre voix portera loin et fort.

Cette image de la terre façonnée par les mains des coopérateurs est une belle image, et c’est une image bien réelle : avec nos cultures, nous dessinons le paysage, nous lui donnons vie, nous l’habitons. La force de la coopération agricole, c’est l’union des hommes qui donne du sens à cette création.

Mais si parler de la coopération agricole est devenu réalité, il n’est pas possible de parler de tout aujourd’hui en France. Comment en effet parler aujourd’hui du vin sur notre territoire ? Je fais bien sûr allusion aux restrictions imposées par la loi Evin.

Encore et toujours cette même loi…

« Revenez Monsieur Evin, votre loi, on n’y comprend plus rien ! ».

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière