Imprimer
Commentaires
Développement durable/RSE

Anjou-Saumur et muscadet intègrent des MAE dans leurs cahiers des charges

Publié le 06/12/2019 - 14:09

Après Bordeaux, la Champagne et Cognac, c’est au tour du Val de Loire d’intégrer des mesures agro-environnementales dans les cahiers des charges de ses appellations. En Anjou-Saumur, l’obligation d’implanter un couvert dans les inter-rangs, ou à défaut, de travailler le sol ou d’utiliser un produit de biocontrôle est désormais inscrite dans les cahiers des charges de nombreuses AOC (dont anjou, crémant de loire, coteaux du layon…).

Pas moins de 19 000 ha de vignes sont concernées, cultivées par 900 producteurs. Cette mesure a été votée en 2017, validée par l’INAO en 2018 et vient de paraître au Journal officiel. L’application sera effective pour la campagne 2020.

 Notre objectif est d’accompagner les entreprises vers la transition écologique, économiquement et mentalement. On peut y arriver, mais il faut nous laisser du temps !

plaide Laurent Menestreau, président de la Fédération viticole Anjou-Saumur.

En muscadet, une mesure similaire a été intégrée dans les cahiers des charges des quatre nouvelles dénominations reconnues en juin par l’INAO et dont le cahier des charges vient également de paraître : Château-Thébaut, Goulaine, Monnières-Saint-Fiacre et Mouzillon-Tillières. L’entretien de l’inter-rang doit être mécanique ou physique. Ces appellations communales ne représentent que 2 % des volumes revendiqués, mais la tendance est à la croissance. Une centaine de producteurs sont concernés.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière