Imprimer
Commentaires
International

Pour se démarquer, l'Arménie innove dans l'œnotourisme

Publié le 28/05/2020 - 09:00
Une des principales spécificités de l’Arménie viticole est qu’elle est essentiellement plantée en cépages endémiques.

L'Arménie est un pays viticole peu connu, bien qu'elle soit considérée comme l'une des plus anciennes régions au monde, avec une histoire remontant à plus de 6 000 ans. La découverte près du village d’Areni d’un domaine viticole datant de 6 100 ans a fait de l'Arménie l'un des plus anciens pays producteurs de vin. Possible berceau de la production de vin avec la Géorgie voisine, l’Arménie est aussi connue dans l’histoire de l’humanité comme étant le lieu de plantation dans la bible par Noé de la vigne. Son statut de vignoble biblique a depuis 2 000 ans stimulé la production de vin mais permet aussi maintenant au pays d’ambitionner un développement par le tourisme.

Pendant la période soviétique, l’Arménie a toujours été célébrée pour ses eaux-de-vie et s'est imposée comme un producteur et un exportateur majeur de brandy. Beaucoup de choses ont changé depuis l’effondrement du bloc soviétique, mais le koniak arménien reste encore aujourd’hui la production viticole majeure, dominée par la marque Ararat (détenue par le groupe français Pernod Ricard depuis 1997). Il est exporté à 80 % vers la Russie. Ce sont au total une trentaine de distillateurs qui achètent leur matière première à des milliers de petits vignerons pour assurer une production d’alcool trois fois supérieure en volume à la production de vin tranquille ou de raisin de table.

Un secteur stratégique en plein essor

Après 70 ans de régime soviétique en Arménie, entre mutations économiques profondes, libéralisation de l’économie et privatisation de la totalité du secteur, les bouleversements ont été violents et le vignoble du pays a connu une terrible crise durant laquelle l’Arménie a perdu en quelques années la moitié de son vignoble et de sa production.

Depuis le début des années 2000, une relance est amorcée. Considérant la filière comme stratégique et prioritaire en particulier à l’export, le pouvoir a encouragé la modernisation des chais, la création de nouvelles entreprises, le retour de l’importante diaspora, l’arrivée de capitaux étrangers, de savoir-faire et d’idées innovantes. L’encadrement de cet essor s’est fait par une réglementation importante, en particulier en matière d’Indication géographique. Pour gagner en visibilité à l’international, l'Arménie s’est aujourd’hui engagée dans une démarche de qualité, accompagnée par de nombreuses coopérations internationales et des conseils français.

On compte aujourd’hui une cinquantaine de producteurs de vin, aux tailles et aux productions très diverses (industrielles de type soviétique, coopératives ou petites unités privées) pour 16 000 ha de vignes.

Une des principales spécificités de l’Arménie viticole est qu’elle est essentiellement plantée en cépages endémiques. Plus de 300 cépages autochtones sont répertoriés, et une quarantaine y sont réellement exploités, dont le plus emblématique et le plus qualitatif est l’areni.

Le vignoble est cultivé par des dizaines de milliers de petits vignerons, ne possédant souvent que quelques ares obtenus par la privatisation post-soviétique. Leur nombre est en baisse mais le développement de contrats d’achat orientés vers la qualité et la valorisation entre vignerons et vinificateurs pourrait stabiliser ce nombre et favoriser la replantation aussi bien en cépages autochtones qu’internationaux (cabernet, syrah…).

Le vignoble arménien est cultivé par des dizaines de milliers de petits vignerons

Cet encépagement adapté, ces nouveaux investissements dans le vignoble, associés à un climat continental, et des sols souvent très favorables devraient faciliter l’émergence d’une production à la fois originale et très qualitative dans les années à venir. Le koniak et le vin tranquille ne sont pas les seuls à bénéficier de cette dynamique puisque l’on voit aussi fleurir la production de pétillants, de raisin de table, de bières, de vodka et même de vins de fruits (grenade, abricot…).

Le Wine Cube: une dégustation au cœur des vignes arméniennes

Depuis l’indépendance, le tourisme est un secteur clé de l'économie et en plein développement avec des investissements importants dans des infrastructures aux standards internationaux. La diaspora arménienne, issue des États-Unis, d’Europe ou de Russie mais aussi des pays voisins comme l’Iran ou la Géorgie, fournit le gros des troupes de visiteurs étrangers, venus chercher patrimoine, gastronomie et activités sportives. La filière vin ne pouvait rester spectatrice de cette opportunité, proposant depuis quelques années visites et master class à des dégustateurs ravis de découvrir les caractéristiques et l’histoire des cépages indigènes.

Récemment, un nouveau concept a fait son apparition pour promouvoir l'œnotourisme et faire mieux connaître les régions viticoles auprès des Arméniens et des visiteurs internationaux : le Wine Cube. Vayots Dzor, avec 900 ha de vigne cultivés par plus de 2000 micropropriétés, issues de la privatisation post-soviétique, est considéré comme le bassin historique de la production arménienne et le berceau du cépage emblématique, l’areni. Les caves y sont plus petites qu’ailleurs (moins de 0,5 ha par propriétaire), les produits plus qualitatifs, la typicité et le lien au terroir y sont très forts. Gardien du temple de la viticulture arménienne, cette région peut aussi se vanter d’être à la pointe de l’innovation œnotouristique avec ce premier Wine Cube d’Arménie. Le nom parle de lui-même. Un Wine Cube est une petite cabane située dans le vignoble où l'on peut déguster du vin là où tout commence, parmi les raisins.

Un Wine Cube est une petite cabane située dans le vignoble où l'on peut déguster du vin là où tout commence, parmi les raisins. Ici en Arménie  (Marina Mirzabekian) Les hôtes, Narine et Nver Ghazaryan, sont à la fois les vignerons et les vendeurs de leur production. Le concept de la construction est minimaliste et conforme à l'environnement. Le site et les vignes y sont magnifiques. Proche du village d'Areni, du même nom que le cépage emblématique d’Arménie, capitale arménienne du vin avec son festival annuel, le Wine Cube montre qu’il est possible d’allier tradition et innovation. Niché au milieu des montagnes, dans les vignobles des propriétaires, il est entouré par les cépages areni et voskehat. La dégustation de vin est accompagnée de fromage local fait maison, du lavash (un pain fin cuit dans un four en argile, la collation arménienne préférée) et de fruits.

La visite permet aussi de découvrir les karas, vases d'argile traditionnels où le vin était conservé et vieilli, semblables à l'amphore ou au qvevri, encore utilisés par certains vignerons géorgiens.

Les enfants à la découverte des karas en Arménie (Marina Mirzabekian) Les vignerons, un jeune couple né et élevé dans le village d'Areni, y racontent les traditions, l’histoire de la vinification, la transition de la production de vin à usage domestique vers celle pour la vente au détail. Ils expliquent également les défis qu’ils ont dû surmonter. Produire du vin et s'impliquer dans le tourisme est assez difficile. Il a fallu, de plus, apprendre l'anglais. C'est une nécessité si l'on souhaite associer son entreprise au tourisme. Heureux de s'impliquer dans le tourisme et de pouvoir soutenir le développement de leur communauté locale, ils ont maintenant aussi quelques employés.

Le Wine Cube est le résultat de la collaboration réussie entre une ONG locale, OneArmenia, et une entreprise privée, Wine Works, désireuses de contribuer à l’essor de la région. La culture du vin en Arménie est florissante, mais il faut maintenant regagner le cœur des locaux. Ce n'est qu'ainsi que le pays encouragera les touristes à goûter le vin arménien, à visiter les caves locales et à ramener le vin à la maison. Les vins Momik de Narine et Nver et le premier Wine Cube en Arménie peuvent et devraient être un modèle pour établir plus de Cubes de vin dans d'autres régions viticoles. Anush ("acclamations" en arménien) !

Article coécrit avec Marina Mirzabekian, Tourism expert ICARE foundation et WSET Graduate
 

Retrouvez l’article original publié en anglais par Marina Mirzabekian pour BKWINE

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière