Imprimer
Commentaires
Gaec de la Granière, à Tulette (Drôme)

Un épandeur d'engrais avec DPAE dans les vignes

Publié le 15/05/2020 - 10:00
L’épandeur a été choisi pour pouvoir être utilisé dans les grandes cultures et dans  les vignes. Ce qui facilite l’amortissement.  M. Bellier

À la fois viticulteurs et céréaliers, Michel Bellier et ses deux fils, Mickaël et Jérémy, ont investi dans un épandeur à engrais avec DPAE. Pour plus de précision.

La précision, c’est le dada de la famille Bellier, qui cultive une centaine d’hectares à Tulette (Drôme), dont 60 en vigne. « Nous devions changer notre ancien épandeur et nous avons choisi un matériel avec l’option DPAE (débit proportionnel à l’avancement électronique) », explique Mickaël Bellier. Soit un surcoût d’environ 3 000 € en 2015. Depuis, l’appareil est utilisé chaque année, avec satisfaction. Sur grandes cultures, le tracteur équipé d’un GPS module les doses selon des cartes établies par une société de services. En vigne, la modulation de dose se fait manuellement, en fonction de la connaissance des parcelles et du rendement constaté l’année précédente. « L’épandeur possède une touche assez pratique, qui permet de faire varier rapidement la dose par paliers de + 10 %. Lorsque l’on arrive dans les endroits poussants, comme les bas de coteaux, on diminue la dose et on l’augmente dans les endroits plus faibles », résume Michel Bellier. À l’avenir, l’objectif est de réaliser des cartes plus précises.

Épandre la juste dose

« Ce système nous permet d’épandre la juste dose. En fonction des parcelles, on parvient à réduire la dépense de 10 à 20 % », complète Mickaël. Sur vigne, la dose moyenne est de 80 u/ha d’azote, 40 de phosphore, 100 de potasse pour les IGP, et la moitié pour les AOC côtes-du-rhône. L’épandeur de 1,40 m de large est suffisamment étroit pour passer dans les rangs de vigne. Il peut être équipé d’un localisateur pour orienter l’engrais au bas des ceps ou d’une rehausse pour contenir deux sacs d’engrais pour les grandes cultures. « Nous ne reviendrions pas en arrière, souligne le jeune viticulteur, qui insiste sur l’énorme gain de temps au niveau du réglage, en fonction des différents types d’engrais, organique ou minéral. On peut ainsi passer des engrais avec des granulométries et des doses totalement différentes en très peu de temps. Nous envisageons même d’ajouter une fonction de pesage embarqué, pour augmenter la précision. »

Chères lectrices, chers lecteurs,
En ces temps de crise, Groupe6TM, éditeur de votre magazine "Viti" et son site mon-viti, a décidé de vous donner libre accès à l’ensemble des contenus désormais publiés sur www.mon-viti.com. En raison de l'arrêt de l'activité de nos prestataires (imprimeur et routeur), vos prochains magazines papier "Viti" et leurs pages leaders pourraient ne pas être imprimés et livrés.
À période exceptionnelle, mesure exceptionnelle : nos journalistes continuent de vous informer par le biais d'une newsletter quotidienne et gratuite, comportant les dernières informations vérifiées sur la crise sanitaire, ainsi que celles en lien avec votre secteur d’activité.
>> S’abonner à la newsletter gratuite quotidienne.
Votre expertise et vos expériences nous sont précieuses. N’hésitez pas à nous en faire part sur les réseaux sociaux (TwitterFacebook et LinkedIn). Nous nous en ferons l’écho à chaque fois que vos retours seront utiles à la communauté.

Article paru dans Viti Les Enjeux 32 de mai 2020

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière