Imprimer
Commentaires
Enjeu

​Préserver son potentiel de production

Publié le 25/03/2014 - 16:53

Préserver son potentiel de production... une nécessité!  Plusieurs stratégies sont possibles.

Au début des années 2000, l’excès de rendement était considéré comme "l’ennemi" de la viticulture. Il fallait maîtriser le rendement dans un objectif de qualité. Cette attitude transparaît dans les cahiers des charges des ODG, le suivi parcellaire des coopératives, les efforts des viticulteurs, le choix des plants, les pratiques viticoles…Or ce contexte est en train de s’inverser sous l’influence de multiples facteurs: l’augmentation des maladies de dépérissement, maladies du bois en tête, problème de porte-greffes (161-49C), flavescence dorée, sans compter les accidents climatiques.
 

"Depuis deux millésimes, la Bourgogne engrange de petites récoltes, ce qui n’est pas sans conséquence sur la trésorerie des exploitations. Le remplacement des manquants représente 6 à 7% des charges opérationnelles. L’entretien du potentiel de production devient problématique et soulève des inquiétudes. Dans les 140 parcelles suivies dans le réseau d’observation régional, en tenant compte des ceps atteints par les maladies du bois, les reprises de manquants difficiles, la mortalité, on estime à 20% le taux de ceps non productifs", relate Didier Sauvage de la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire (Bourgogne).

Face à cette situation, nous ne sommes pas totalement démunis. À court et moyen terme, aucune solution contre les maladies du bois n’est annoncée. Il faut vivre avec, et intégrer cela dans la stratégie de l’exploitation. Une réflexion est à mener au sein de chaque exploitation, il n’y a pas de recette toute faite.

La vigne est une culture pérenne, chaque décision engage pour longtemps, mais des mesures peuvent être prises :

- des mesures à court terme, par une gestion et des choix techniques à l’année, réversibles (taille, fertilisation…);

- des mesures à long terme, via le choix de plants plus productifs ou un renouvellement plus précoce.
 

"Vis-à-vis des maladies du bois, par exemple, on sait que la phase de sensibilité la plus aiguë du vignoble se situe vers un age entre 20-30 ans", rappelle Didier Sauvage.

1. Il est possible de mettre en place des mesures de maîtrise du rendement sur jeunes vignes pour viser un rendement plein, plus élevé pendant la phase la plus sensible (20-30 ans). Le choix du matériel végétal est le principal levier, suivi de la formation des ceps, de la hauteur de rognage,etc.
 

"En Bourgogne, nous ne sommes pas limités, il existe des clones de chardonnay et de pinot de différents niveaux de productivité. D’ailleurs cela se ressent déjà au niveau des commandes de matériel végétal, depuis quelques années, la demande s’oriente vers des plants avec davantage de rendement. Mais il faut faire attention, à des facteurs comme le réchauffement climatique, on ne sait pas où on en sera dans 20 ans."

2. On peut également opter pour un renouvellement plus précoce.

C’est un calcul à faire.

"Une vigne classique dans la région est en place pour 50-60 ans. Mais au bout de 20 ans, on remplace pas mal de pieds, c’est compliqué, on peut donc se poser la question d’un renouvellement plus précoce tous les 30 ans, comme en Champagne. Mais évidemment, c’est une décision qui impacte toute la stratégie et le positionnement du domaine. Faire figurer «vieilles vignes» sur l’étiquette, ce sera terminé."

Préserver le potentiel de rendement est essentiel. Mais il faut rester vigilant.
 

"C’est une réflexion à mener au niveau de chaque exploitation, sans perdre de vue que si les démarches de maîtrise du rendement mises en place ces dernières années ont diminué les marges de manœuvre pour la productivité du vignoble, elles ont fait progresser la qualité. Il ne faut pas oublier non plus d’actionner les outils à disposition comme le VCI. Peut-etre est-ce également le moment de réviser les cahier des charges des appellations sur cet aspect", estime Didier Sauvage.

Il faut ouvrir le débat!

Alors quel est votre avis?

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière