Imprimer
Commentaires
International

Menaces et opportunités du changement climatique sur la viticulture au Royaume-Uni

Publié le 08/04/2016 - 10:00
Vignoble anglais du domaine Coates and Seely. Photo : A.Domenach/Pixel image.
L'Université d'East Anglia nous livre les résultats de ses recherches concernant l'impact du changement climatique sur la viticulture au Royaume-Uni.
 

Un changement climatique qui enthousiasme les producteurs de vins anglais, mais pas sans quelques heurts

Ces dix dernières années, il y a eu un boom de la production de vin anglais, le vignoble augmentant de 148%, avec actuellement environ 1884 ha. Ce n'est pas seulement l'échelle de production qui a grossi. Les producteurs de vin anglais deviennent reconnus pour leur production de qualité, notamment pour leurs vins effervescents.

L'idée que le changement climatique au Royaume-Uni puisse changer le pays en un producteur de vin viable a enthousiasmé la filière ces dernières années. Mais les coups de froid, des gelées et des pluies diluviennes menacent la productivité selon les recherches de l'Université d'East Anglia. Cette étude publiée le 1er avril 2016 révèle que la variabilité d'année en année, le climat et les conditions météorologiques dangereuses pour les vignobles à des moments clés de la saison rendent la viticulture britannique très sensible aux éléments. Cette étude suggère aussi que les cépages en vogue tels que le chardonnay ou le pinot noir sont plus sensibles à la variabilité du climat anglais que les cépages traditionnels à ce pays.

Les chercheurs de l'UEA ont étudié les principales regions viticoles au Royaume-Uni et on regardé les relations entre les temperatures, la pluie, le climat extrême et les rendements. En combinant ces données, ils ont été capables d'identifier des opportunités et des menaces pour cette industrie pour la première fois.

Alistair Nesbitt, de l'école des sciences environnementales de l'UEA précise:

Le Royaume-Uni a subi un réchauffement climatique plus rapide que la moyenne depuis 1960, et 8 des années les plus chaudes par rapport au siècle dernier ont lieu depuis 2002. Les producteurs de vins britanniques reconnaissent que le changement climatique contribue à l'évolution de leur filière, mais expriment aussi des interrogations quant aux menaces liées au changement de ces conditions.

Nous voulions savoir si le changement climatique qui s'opère pourrait rendre la filière viti-vinicole au Royaume-Uni encore plus viable, en analysant d'abord la sensibilité à la variabilité du climat par le passé. Nous avons constaté que les températures moyennes au cours de la saison de croissance de la vigne ont été au-dessus d'un seuil minimal clé pour une viticulture dite de « climat frais » pendant deux décennies, et les rendements de vin varient considérablement .

 

Les conclusions clés de cette étude

  • Les pluies de juin sont l'indicateur le plus fort pour expliquer les variabilité des rendements au Royaume-Uni.
  • Dans le sud-est et le centre de l'Angleterre, les principales régions viticoles britanniques, le réchauffement climatique n'a pas été linéaire pendant la saison où la vigne pousse au cours des
    50 dernières années.
  • Les variations du climat et des événements extrêmes impactent la productivité d'année en année.
  • Les périodes de gel menacent particulièrement les rendement s'ils se produisent à des moments critiques tels que peu de temps après le débourrement au printemps.
  • Le chardonnay et le pinot noir ont une sensibilité accrue à la variabilité du climat.

 

Changement climatique : des menaces et des opportunités pour le vignoble britannique!

 
D'après Nesbitt:
 
Des raisins de meilleure qualité se développent mieux avec des températures moyenne de 13 à 21 °C. Mais même dans cette fourchette, il y a d'autres facteurs en jeu.
 
Depuis 1993, le sud de l'Angleterre a bénéficié d'une température moyenne au-dessus des 13°C pendant la saison de croissance de la vigne. Depuis 1989, il y a eu 10 ans où la température était de 14°C ou plus (jusqu'à 2013) . Ce qui représente environ la même température que la région productrice de vin pétillant en Champagne au cours des années 1960, 70 et 80. Cependant, en comparaison, les rendements du vin au Royaume-Uni sont très faibles. En Champagne , les rendements peuvent être de plus de 10000 litres par hectare, mais au Royaume-Uni, ils sont d'environ 2100 en moyenne. Alors que la hausse des températures moyennes est importante, l'impact des événements météorologiques à court terme tels que les coups de froid, fortes gelées et des pluies continuera de menacer la productivité.
 
Cette étude fait ressortir des années "pare-chocs". 1996, 2006 et 2010 ont bénéficié de températures et de conditions météorologiques optimales: des printemps et des automnes chauds, et l'absence de gelées à des moments critiques .
 
Les années à faibles rendements (1997, 2007, 2008 and 2012) sont attribuées à un climat très humide et froid, notamment pendant la floraison, peu d'ensoleillement, et des gelées de printemps. Nous avons constaté que les mois d'avril et mai sont devenus plus chaud ces 25 dernières années, impactant la période de débourrement par un démarrage plus précoce et son allongement. Toutefois, lorsqu'il y a des températures plus élevées en avril, la vulnérabilité est potentiellement accrue si du givre suit en mai.
En juin, le temps humide , en particulier lorsqu'il est combiné avec des conditions fraîches et couvertes, peut vraiment influer sur le processus de floraison, ce qui retarde et réduit le nombre de baies et de jeunes raisins formant sur ​​les vignes. Nous avons vu une corrélation entre les précipitations élevées de juin et un faible rendement dans l'ensemble de la période étudiée.
Il y a une volonté de produire des vins mousseux anglais avec des cépages comme le chardonnay et le pinot noir. Mais ces cépages sont plus sensibles à la variabilité du climat britannique.
 

Il est trop tôt pour faire des pronostics quant au millésime 2016, mais un printemps chaud avec des niveaux de gel faible pourrait être prometteur, comme les producteurs l'espèrent.

Cette étude a été publiée ici, en anglais.

 

Ils en parlent aussi :

- Winespectator : "What's the Future for U.K. Wine Industry?"

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière