Imprimer
Commentaires
Vigne

L'ambition à cinq ans de Phyteurop

Publié le 20/11/2019 - 09:42

D’ici cinq ans, Phyteurop prévoit de lancer six nouveautés en vigne, de doubler son chiffre d’affaires, de devenir le premier fournisseur français pour les produits et d'être dans le top 5 du marché fongicide.

Phyteurop, dont 25 % des activités concernent la vigne, affiche ses ambitions : présenter six nouveautés dans les cinq ans, doubler son chiffre d’affaires, devenir le premier fournisseur français, être dans le top 5 du marché fongicide.

Pour assurer ses ambitions, la filiale de InVivo s’appuie sur le nouveau concept, mis en œuvre par Bioline by InVivo, c’est-à-dire la construction de la troisième voie en agriculture. Matérialisée par trois "C", cette démarche se veut être une agriculture de la fonctionnalité qui se fixe des objectifs de résultats centrés sur les besoins du consommateur-client-citoyen, afin de construire de nouveaux itinéraires culturaux.

L’alimentation (diversité alimentaire, qualité sanitaire et nutritionnelle), l’environnement (changement climatique, sol et biodiversité) et l’agriculteur (juste rémunération, équité, robustesse et résilience du revenu, qualité de vie au travail) constituent les trois fonctions de cette nouvelle voie agricole.

En vigne, ce concept se caractérise par des gammes mixtes de spécialités conventionnelles et de biocontrôle, ainsi que par des spécificités pour la bio et par des formulations améliorées. Grâce à son usine à Montreuil-Bellay (49), en Anjou, Phyteurop souhaite développer ce dernier axe qui s’intègre pleinement dans sa troisième voie en agriculture.

"C’est la seule usine en France de ce type, indique Philippe Hamelin, directeur général de Phyteurop. Nous avons donc une réactivité importante et nous en faisons bénéficier nos confrères. Plus de 200 tests de compatibilités sont réalisés chaque année dans l’usine."

Celle-ci propose aujourd’hui des formulations liquides telles que Greenline et So Fluid, qui permettent le plus souvent de réduire les doses tout en obtenant la même efficacité qu’avec les anciennes formules.

En vigne, Phyteurop a déjà annoncé trois nouveautés pour 2020 : deux anti-mildious et un anti-oïdium. Contre le mildiou, Airone SC, première solution liquide prête à l’emploi, associe deux formes de cuivre (l’hydroxyde et l’oxychlorure) à 272 g/l chacune. Intégrées au kiralaxyl, elles forment le nouvel anti-mildou Fantic A pour une application précoce.

"Ces deux fongicides arrivent sur un marché du contact en plein développement, comme celui des systémiques. En revanche, le marché des pénétrants est en baisse et celui des pénétrants haut de gamme en stagnation", spécifie Florent Ehry, chef marché anti-mildiou chez Phyteurop,

Contre l’oïdium, Phyteurop a présenté Lucifère, à base de soufre liquide (800 g/l), qui comprend la formulation So Fluid. Celle-ci permet une micronisation du soufre améliorée (la taille des unités de soufre est divisée par deux) et des coformulants spécifiques pour assurer une meilleure fluidité du produit et un meilleur étalement sur les feuilles.

"Ce produit nous permet de pénétrer pour la première fois dans un marché du soufre qui correspond pratiquement à 50 % de celui des anti-oïdiums, se réjouit Jérôme Rouveure, chef marché anti-oïdium. Il vient compléter notre gamme, qui en valeur représente 32 % du marché anti-oïdium."

Deux spécialités sont en attente d’homologation : les numéros 1 40 932 00, à base de phosphonates comme anti-mildiou, et 1 40810 00, à base de soufre et de tétraconazole comme anti-oïdium.

Sur la photo, de gauche à droite : Florent Ehry, chef marché anti-mildiou, Carine Reyniers, directrice marketing et développement, Philippe Hamelin, directeur général de Phyteurop, Jérôme Rouveure, chef marché anti-oïdium, Philippe Crozier, responsable technique vigne, et Marie-Anne Secq, chargée de communication.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière