Imprimer
Commentaires
Flavescence dorée

Des vibrations contre la cicadelle

Publié le 15/04/2014 - 16:10

La problématique flavescence dorée n’est pas nouvelle, et la recherche dans ce domaine explore chaque année de nouvelles pistes. Parmi les pistes de travail suivies par les scientifiques figurent deux thématiques innovantes: l’utilisation de symbiontes pour diminuer la capacité de "Scaphoideus titanus" à transmettre le phytoplasme et la confusion "vibratoire ".

La confusion vibratoire vise à empêcher la communication entre les mâles et les femelles de cicadelle de la flavescence dorée.

Pas de phéromones, mais un genre de tam-tam

Chez cet insecte, la communication entre individus lors de l’accouplement ne se fait pas par l’intermédiaire de signaux chimiques (les phéromones), comme c’est le cas par exemple chez les lépidoptères comme les tordeuses de la grappe. Les cicadelles communiquent par l’intermédiaire de signaux de type vibratoires émis à travers les plantes hôtes. Un genre de tam-tam en quelque sorte.

Des essais sont notamment menés en Italie dans ce sens avec pour objectif de brouiller les signaux, et empêcher la communication entre mâles et femelles.

Ces travaux s’appuient sur la biologie et le comportement des mâles: les mâles émettent des vibrations pour attirer les femelles. Les mâles rivaux sont capables d’émettre des vibrations particulières "disruptives", capables de brouiller les signaux des premiers et d’éliminer "la concurrence".

L’objectif serait de reprendre à notre compte cette arme anti-concurrence, en reproduisant ces signaux pour limiter les accouplements. Ce type de lutte pourrait aboutir à la mise en place d’émetteurs répartis dans le vignoble.

Cette piste de recherche vous parait-elle prometteuse? Qu'en pensez vous?

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière