Imprimer
(7)
Méthode alternative

Des brebis pour désherber vos interrangs ?

Publié le 23/01/2014 - 12:06

​Afin de permettre le pâturage de brebis au printemps sans risque pour les vignes,  les chercheurs du Groupe de recherches sur les ruminants (G2R) de l’Université autonome de Barcelone, en Espagne, ont créé une aversion à la vigne chez les animaux. Ce travail a été mené en collaboration avec l'Incavi (Institut catalan de la vigne et et du vin).

Les chercheurs expliquent :

Le pâturage des ovins est une alternative au désherbage traditionnel, mécanique et chimique. Il permet de réduire la main-d'oeuvre et l'utilisation d'herbicides, sans avoir d'effet négatif sur la structure et la fertilité du sol. Cependant, les feuilles et les bourgeons de vigne sont très attractifs pour les brebis qui peuvent causer des dégâts importants.

Ils ont utilisé 24 brebis, de 2 races laitières : manchega et lacaune. Ces brebis n’avaient jamais consommé de vigne auparavant. Chaque race a été répartie au hasard en deux sous-groupes de six.

Création de l'aversion à la vigne : 
Au jour zéro, ils ont mis à disposition de chaque brebis: 100 g de feuilles vignes.

  • Ensuite, les 2 groupes dits « aversion », reçoivent, par voie orale, une dose de chlorure de lithium (LiCl) à 225 mg/kg du poids vif de la brebis, dissout dans de l’eau.
  • Les 2 autres groupes « témoin » reçoivent une dose d’eau comme placebo.

Le LiCl agit sur le centre de vomissement au sein du cerveau, ce qui cause un mal-être chez les animaux associé à l'ingestion de l'aliment. Le protocole expérimental avait été validé par le comité éthique en expérimentation animale et humaine de l'Université autonome de Barcelone.

Trois expériences pour tester l’aversion

1) Évaluer la création de l’aversion :

  • Période : les 3 jours après l’administration du placebo ou du LiCl
  • Les brebis sont immobilisées avec un cornadis
  • On fournit à chacune 100 g de feuilles de vigne/jour pendant 30 minutes.

Moyenne de la consommation de feuilles de vigne par brebis

Légende: Lc : race Lacaune, Mn : race Manchega, C : brebis témoin qui ont reçu de l'eau, AV : brebis aversion qui ont reçu du LiCl
Source: Universitat autónoma de Barcelona
Avant l'administration de la dose (jour 0), toutes les brebis consomment des feuilles de vigne. Mais, au bout d’un jour, les brebis qui ont reçu du LiCl ne consomment plus du tout de feuilles de vignes. En revanche, la consommation de feuilles de vigne par les brebis témoin ne fait que progresser pendant les trois jours de l’expérience.

2) Évaluer la persistance de l’aversion :

  • 11 tests similaires pendant la période du jour 5 à 375
  • Dans une parcelle de ray-gras, des vignes artificielles sont créées, à l’aide de barrières en métal et en bois sur lesquelles sont fixées des feuilles de vigne.
  • Chaque test dure 30 minutes et les groupes de 6 brebis disposent de 2 kg de feuilles.

Les brebis témoins ont consommé entre 1,25 et 1,80 kg de feuilles de vignes durant les tests, effectués les deux premiers mois. Une certaine lassitude semble s’installer au bout de deux mois où la consommation ne dépasse pas les 1,3 kg.

Photo: Elena Albanell, G2R, Universitat autónoma de Barcelona

​En revanche, les brebis qui ont reçu le LiCl, quelle que soit la race, n’ont consommé aucune feuille de vigne dans le vignoble artificiel, elles ont préféré la couverture de ray-grass environnante.

Photo: Elena Albanell, G2R, Universitat autónoma de Barcelona

3) Test en vigne réelle, au début de l’été, au mois de juin :

  • Période : du jour 403 à 410
  • Pâturage : 3 h/jour
  • 10 brebis qui ont reçu du LiCl sont réparties sur un vignoble de 560 m2, de cépage merlot, avec une couverture végétale spontanée.

Les brebis ont contribué à réduire la couverture végétale de 70 % pendant les 7 jours (3 h/j) où elles étaient dans le vignoble. Toutefois, quand l’herbe s’est raréfiée, elles ont commencé à grignoter les feuilles de vignes. Les brebis ont alors reçu une seconde dose de LiCl et les dommages sur la vigne n’ont pas été significatifs.
 
Et vous, envisagez-vous de laisser des brebis pâturer dans vos vignes ?

Plus d'informations: article dans Acenología en espagnol.

Commentaires

Nous sommes viticulteurs et intéressés pour utiliser cette méthode mais difficile de trouver un éleveur qui souhaite nous laisser ses bêtes en pâture...si vous avez des contacts à nous donner nous sommes preneurs!

Peut on envisager cette méthode avec des chevaux , sachant qu'ils aiment bien grignoter les bois ? D'ailleurs qu'en est-il des moutons ? ne grignotent ils pas les ceps ?

Bonjour,
Pour la recherche d'éleveurs, où êtes-vous basé? Pour savoir si je peux me renseigner moi-même s'il s'agit de l'Aquitaine, ou bien si je sollicite mes collègues. Toutefois, je ne vous promets rien.

Pour les brebis, il n'y a pas eu de dégâts sur les ceps. Toutefois, il faut éviter de laisser paturer les agneaux qui font plus de dégâts. Il y a quelques astuces à connaitre si on veut laisser des brebis paturer de manière naturelle (sans LiCl) après les vendanges jusqu'en mars (avant la sortie des bourgeons). Voir article qui va sortir dans Viti papier mi février.

Pour les chevaux, cela me semble compliqué: car dans le cas des brebis on privilégie déjà des interrangs larges (2m et plus) pour éviter les dégats.
Quant à l'utilisation du LiCl, je ne pense pas qu'il ait été utilisé chez des chevaux auparavant. Attention, car les chevaux ont quand même un système digestif très fragile. Pour ma part, je le déconseille. Il faudrait mieux privilégier le paturage d'hiver (comme expliqué ci-dessus, sans LiCl, d'octobre à mars) et surveiller dans un premier temps pour voir si le cheval se jette sur les bois ou non... Je me renseigne, si j'ai des échos de chevaux dans des vignes, je vous le fais savoir.

à bientôt et merci pour vos commentaires :)

un sujet bien intéressant que celui des animaux dans les vignes. je serai moi aussi très intéressée de savoir comment se passe l'expérience de chevaux (seuls ou associés à des ovins) dans les vignes. je pense tout de même raisonnable de s'en tenir à un pâturage d'hiver

Pour répondre à votre recherche de brebis, nous sommes des éleveurs et nous recherchons des vignerons pour faire paturer dans les vignes... dans quelle région etes vous?

Bonjour à tous,

Je réalise actuellement une étude dans le cadre de mon stage de fin d'étude en ingénieure agronome sur les relations entre viticulteurs et éleveurs pour le pâturage des vignes. Je souhaiterai savoir si des éleveurs ou des viticulteurs ont déjà trouvé des vignobles à pâturer ou des brebis par le biais de site comme celui en postant des annonces?

Je vous remercie pour votre aide dans mes recherches.
Madiha
Etudiante à l'ISTOM, actuellement en stage dans une unité de recherche sur les systèmes d'élevage méditerranéens

Bonjour,
je suis futur viticulteur et je m'intéresse à l'utilisation d'animaux dans les vignes. J'aimerais savoir si vous accepteriez de partager avec moi votre étude sur le sujet ?

Merci,
Nicolas

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière