Imprimer
Commentaires
Biodiversité

Que va devenir la collection ampélographique de Vassal?

Publié le 08/11/2013 - 15:52

Que vont devenir les quelque 2 300 cépages de "Vitis viniféra" du Domaine de Vassal, entre Agde et Sète dans l’Hérault? Depuis quelque temps, la question fait débat.

La collection ampélographique, démarrée en 1876, établie depuis 1949 au Domaine de Vassal et propriété de l’Inra de Montpellier, est implantée sur un terrain appartenant au groupe champenois Vranken. Voulant réduire son loyer, l’État envisage de déménager la collection sur un autre site ; celui de l’Inra de Pech Rouge (Gruissan - Aude) est évoqué. La décision finale devrait être prise d’ici la fin de l’année.

En opposition à ce projet, des responsables viticoles et d'associatons de défense de la biodiversité font entendre leur "crainte d’un démantèlement et d’un appauvrissement de la collection, sans que la profession viticole soit associée à la démarche". Leur questionnement porte également sur le nouveau site: les sols du Domaine de Vassal étant sableux, ils protègent la vigne du phylloxéra, d’où la demande d’un terrain similaire pour accueillir la collection s’il doit y avoir déplacement.

Appel lancé aux ministres

Une lettre a été envoyée le 19 septembre aux ministres de l’Agriculture et de la Recherche, demandant:

  • d'engager une médiation pour pérenniser la collection sur le site actuel;
  • le cas échéant, la mise en place de conditions favorables pour la sauvegarde de l’ensemble de la collection sur un site exempt de phylloxéra;
  • la création d’un Fondation pour la sauvegarde du patrimoine ampélographique français. Jusque là, aucune réponse n’a été fournie.

Pour Blaise Genna, directeur adjoint de l'unité expérimentale du Domaine de Vassal, il n’est "pas très responsable" de s’opposer au projet de déménagement:

Conserver la collection au Domaine de Vassal n’est plus raisonnable, notamment à cause du risque de montée de la mer. Si un transfert doit se faire, il y aura zéro variété perdue. Quant au choix d’un terrain sableux, ce n’est pas obligatoire: nous pourrons greffer les plants pour les protéger du phylloxéra. D’ailleurs, une petite partie de la collection est déjà greffée.

Perte de biodiversité

Pour Michel Grisard, vigneron savoyard, président du Centre d’ampélographie alpine Pierre Galet et signataire de la lettre, un changement de site entraînera forcément une perte de biodiversité, à cause du regreffage:

Le porte-greffe change le plant. Face aux nombreux problèmes de maladies du bois, nous devons maintenir une ressource génétique variée qui peut apporter des réponses. Aussi, en multipliant les générations pour transférer les cépages jusqu’au site final, il y aura une dégénérescence de la diversité. Sans oublier le risque de perdre certaines espèces si les choses sont faites trop rapidement. Le transfert à l’Inra de Pech Rouge, pressenti à 80%, éloignera également la matière vivante des chercheurs de Montpellier et de l’École Supagro, ce qui est dommage.

Selon Michel Grisard, c’est la richesse même de l’ampélographie qui est remise en cause par les pouvoirs publics, alors qu’elle représente une vraie opportunité pour valoriser des cépages oubliés et répondre ainsi aux évolutions de goûts des consommateurs! Si déménagement il doit y avoir, le vigneron savoyard milite pour un transfert lent, sur une dizaine d’années, en s’assurant de la bonne reprise de chaque sarment avant destruction des plants mères.
 
Le "dossier Vassal" comme certains le nomment, sera abordé aux Rencontres des cépages modestes le 9 et 10 novembre en Auvergne, puis au Salon des Vignerons Indépendants le 29 novembre à Paris. Des élus parlementaires ont d’ailleurs été conviés à cette dernière rencontre, pour défendre la sauvegarde de la collection et soutenir ainsi l’inquiétude d’une partie grandissante de la profession qui refuse de voir une "uniformisation des cépages".
 
 
Et vous, que pensez-vous du "dossier Vassal"?
 
 
Pour aller plus loin:
Lettre envoyée aux ministres de l'Agriculture et de la Recherche, le 19 septembre 2013 pour le dossier Vassal
Complément de la lettre (page Facebook d'André Deyrieux)
► Page Facebook: le dossier Vassal
► Article Le vignoble secret aux 4 000 cépages (Le JDD)
► Article "Les cépages ne veulent pas déménager" (WinetourismeFrance)
► Article "Épuration ampélographique à Vassal" (WinetourismeFrance)

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière