Imprimer
Commentaires
Val-de-Loire

Passer de l’ancien au nouvel Interloire

Publié le 15/12/2015 - 17:20
Benoît Stenne, directeur d’Interloire

"C’est très rare d’en arriver à ce niveau de restructuration pour une interprofession, mais c’est en même temps très bien que l’outil s’adapte au projet, et non l’inverse", a expliqué Benoît Stenne, directeur d’Interloire, lors de l’AG de l’interprofession tenue mardi 15 décembre à Vertou (Loire-Atlantique), rappelant au passage que l’interprofession du Val de Loire reste aujourd’hui parmi les plus jeunes dans le monde viticole (28 au total), seulement âgée de 8 ans.

Cette AG était l’occasion d’évoquer la transition de l’ancien vers le nouvel Interloire, depuis qu’a été décidé en juin dernier de redonner aux ODG l’animation de leur communication spécifique. Avec une CVO passée de 4,23 à 2,50 euros/hl, Interloire a vu son budget passer de 7,7 à 4,6 millions d’euros, a détaillé Gérard Vinet, président d’Interloire. Un plan social a été organisé, "plutôt bien perçu par les salariés, bien qu’il est toujours difficile de se séparer de collaborateurs", a complété le président. Parmi les conséquences:

  • à compter de janvier 2016, l’ensemble des collaborateurs se trouvera au siège social à Tours. Les bureaux Interloire de Nantes et Angers, ainsi que les quatre maisons de vins de Loire tenues par l’interprofession ont été fermés;
  • avec le plan de licenciement collectif pour motif économique débuté mi-octobre, 10 salariés ont choisi de partir volontairement, 3 ont été licenciés et un 4e devrait être licencié début janvier 2016. Au final, Interloire va passer d’une quarantaine de salariés à une vingtaine en une année.

 
Interloire structure désormais ses activités sur deux missions stratégiques:

  • la communication des vins du Val de Loire, avec la promotion à l’export (stratégie défensive sur l’Europe: Royaume-Uni, Benelux, Allemagne - stratégie offensive sur les USA, Canada, Japon) et autour d’expertises de relations presse, de communication numérique et d’œnotourisme (ex.: Vigne Vin Rando);
  • l’animation de la filière et des appellations, la prospective, la connaissance des marchés et la technique (ex.: dossier maladies du bois).

Dans les prochains mois

Pour les prochains mois, InterLoire, en partenariat avec les ODG, va entamer durant le premier trimestre une série de réunions d’information avec les vignerons. Des rencontres ont déjà été organisées ces derniers mois mais le cadre budgétaire et organisationnel n’était pas connu. Benoît Stenne ajoute, confiant:

"Je pense que nous allons être surpris positivement par les démarches des ODG pour se saisir de leurs nouvelles missions et mettre en place divers plans d’actions et de réflexion, notamment autour de la transmission d’exploitation, la position socio-économique de leur produits, etc. Certains ont déjà bien avancé sur les dossiers."

L’interprofession, qui a déjà entrepris un rapprochement avec le CIVDL, souhaite désormais rassembler autour de son socle commun tout le monde. Si la réorganisation n’a pour l’instant pas permis de faire réintégrer les appellations "parties", Gérard Vinet indique que des discussions sont en cours, et que le projet du nouvel Interloire voté à l’unanimité à l’époque doit être rassembleur:

"Avec cette nouvelle organisation, les gens ne peuvent pas être contre Interloire et ses missions de promotion du vignoble de Loire, de défense du vin avec Vin et Société, de travaux de recherche comme sur les maladies du bois."

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière