Imprimer
Commentaires
Entre dégradations et manifestations

La tension monte dans l'Aude

Publié le 29/10/2014 - 09:26

Dans la nuit du 19 au 20 octobre, des vitres, la porte d'entrée et deux véhicules de service de la MSA de Narbonne ont été endommagés. Cette action a été revendiquée par le Comité d'action viticole. Stéphane Le Foll, interpelé par des tags retrouvés sur les lieux, et la MSA ont dénoncé ces actes de vandalisme. D'après eux, ces actions sont d'autant plus incompréhensibles que des aides avaient déjà été décidées pour prendre en charge les cotisations sociales, suite aux dégâts de grêle du 6 juillet. 

Cette analyse n'est pas totalement partagée par le syndicat des vignerons de l'Aude. Frédéric Rouanet, président du syndicat, le 23 octobre, cité par l'Indépendant:

Aujourd'hui, je n'ai toujours aucun document officiel sur le montant de 2,5 millions d'euros" [somme demandée par les vignerons de l'Aude sur les 23 millions de l'enveloppe attribuée au niveau national].

Interrogé par Atlanticole politologue Eddy Fougier explique:

Ces actions témoignent d'une souffrance et pas de la volonté de se signaler auprès des médias.

Il rappelle que les agriculteurs font partie des professions les plus exposées au burn-out, selon une étude du cabinet Technologia.

Une manifestation prévue le 5 novembre

Jean-Marie Fabre, président des Vignerons indépendants de l'Aude, a déclaré à la Dépêche:

Nous ne cautionnons pas ce type d'acte, maintenant, quand on voit la réponse donnée par le gouvernement à ceux qui ont fait pareil dans l'ouest de la France, il ne faut pas s'étonner que ça puisse donner des idées à d'autres.

Les observateurs se focalisent maintenant sur la manifestation commune avec la FDSEA 11, prévue le 5 novembre, à Carcassonne. Le thème ? "Laissez nous travailler et produire français tranquillement." Les sujets de mécontentements se sont en effet accumulés depuis l'été : fin des aides aux moûts concentrés, réforme du forfait agricole, volonté de supprimer les exonérations de charges du contrat vendange

"Contraintes environnementales absurdes (...) Contraintes administratives lourdes et contre productives (…) Promesses non tenues : revalorisation des retraites, mesures calamités… Absence de concertation (…) Nous devons nous faire respecter et nous faire entendre !" annoncent l'appel à manifester, cité dans La Dépêche.

Le préfet de l'Aude a déclaré:

La violence n'a jamais résolu les situations difficiles, au contraire, elle les complique.

Qu'en penseront les manifestants ?
 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière