Imprimer
Commentaires
Languedoc

Et si les IGP Pays d'Oc et Terre du Midi se réunissaient ?

Publié le 15/03/2017 - 16:52
Jean-Marie Fabre des Vignerons Indépendants Occitanie, Boris Calmette de Coop de France LR et Jacques Gravegal, président de l’IGP Pays d’Oc proposent une segmentation plus claire des IGP du Languedoc (S.Favre/Pixel Image)

Tout est encore au conditionnel, mais Jean-Marie Fabre des Vignerons Indépendants Occitanie, Boris Calmette de Coop de France LR et Jacques Gravegal, président de l’IGP Pays d’Oc ont l’ambition commune de faire bouger les lignes du segment IGP. Pour le Languedoc, ils présentent une nouvelle pyramide de l’offre.

Face à la concurrence mondiale des vins de cépages, les différents du passé sont oubliés. Une nouvelle organisation est proposée  "pour consolider le segment IGP du Languedoc".
Une gouvernance commune pour l’IGP Pays d’Oc et l’IGP Terre du Midi pourrait ainsi voir le jour. Le conseil d’administration de cette nouvelle entité serait composée du conseil d’administration actuel de Pays d’Oc élargi par l’arrivée de 3 représentants de la coopération et 3 représentants des Vignerons Indépendants. Rencontrés, les représentants du CIVL dont René Moreno, actuel président de la section IGP de l’interprofession seraient favorables au projet.


Trois strates pour les IGP du Languedoc

L’IGP Terres du Midi réunissant les IGP de département Hérault, Gard et Aude deviendrait ainsi le socle de la nouvelle pyramide. Contrairement à ce qui inscrit dans la première mouture du cahier des charges, l’IGP Terre du Midi pourrait être élaborée à partir de vin en mono-cépage.

Viendrait ensuite, l’IGP Pays d’Oc divisée en deux strates de qualité. La première serait régit par le cahier des charges actuel, la seconde (sans nom pour le moment) deviendrait le segment IGP haut de gamme de la pyramide. 

Pour Jean-Marie Fabre, cette nouvelle organisation permettra à des opérateurs qui se tournaient vers les vins de France sans IG et les vins étrangers de revenir vers le segment IGP.

Aussi avec ce projet, Terre du Midi et Pays d’Oc ne sont plus concurrents mais complémentaires. L’IGP Terres du Midi est le socle de la segmentation, l’IGP entrée de gamme
L’IGP Pays d’Oc, elle, garde sa valeur et monte en gamme pour certains volumes.

Si nos conseils d’administration respectifs apportent leurs accords, nous espérons mettre en place cette segmentation et les cahiers des charges associés pour les vendanges 2017.

À terme, l’ensemble des vins de cette segmentation pourraient représenter plus de 10 millions d’hectolitres annuels, si une condition est respectée selon les propos des trois représentants :

Le bon fonctionnement de cette pyramide est liée à la contractualisation des marchés. Quel que soit le volume de récolte, les producteurs doivent s’engager à fournir telle ou telle IGP.

À l’autre bout de la chaine, des contrats pluriannuels doivent lier les négociants et la distribution.

 

QUE DEVIENNENT  LES IGP DE TERRITOIRE ? 

Le Languedoc-Roussillon compte plusieurs IGP : l’IGP Pays d’Oc, les IGP de département réunies sous le nom Terres du Midi pour l’Hérault, le Gard et l’Aude, une IGP départementale pour les Pyrénées-Orientales mais aussi 16 IGP dites de territoire.
La nouvelle segmentation proposée n’inclut pas ces dernières.

« Les IGP de territoires sont sur des marchés de niche, ont expliqué Jean-Marie Fabre des Vignerons Indépendants Occitanie, Boris Calmette de Coop de France LR et Jacques Gravegal, président de l’IGP Pays d’Oc. Elles ne sont pas confrontées à la concurrence internationale des vins de cépages. Les représentants de chacune des IGP de territoire ont été informés de notre projet et s’ils veulent intégrer la pyramide et la gouvernance commune, la porte est ouverte. Il en est de même avec l’IGP de département des P-O. »

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière