Premium
Imprimer
Commentaires
Développement durable

Vers l’autoconsommation énergétique des caves ?

Publié le 27/02/2020 - 09:38

Avec l’essor des engagements RSE dans la filière vitivinicole, de nouveaux partenariats voient le jour. C’est le cas de la cave du Marmandais qui s’est associée avec ValEnergies afin de produire localement une énergie verte qu’elle autoconsomme. 10 % des besoins énergétiques annuels sont ainsi couverts, répondant à l’exigence de politique de développement durable mise en place par la cave.

La cave du Marmandais est une structure coopérative de 950 ha implantée sur les deux rives de la Garonne dans le Sud-Ouest de la France. Elle est labellisée "Vignerons Engagés", label RSE et développement durable. Depuis 2017, la cave autoconsomme, en moyenne annuelle, 10 % de ses besoins grâce à une production locale d’énergie verte : l’énergie solaire. Ce faisant, la cave du Marmandais a diminué de 3 000 euros sa facture d’électricité en 2018 et espère une diminution de 5 000 euros en 2019. 
« Nous avons été contactés par la société ValEnergies pour mettre en place un échange gagnant/gagnant : nous mettons des parcelles à leur disposition, en contrepartie nous leur achetons moins cher l’électricité produite sur ces parcelles », introduit Marie Bizzarri, responsable environnement à la cave du Marmandais. Une solution qui rentre dans le cadre des engagements pris sur le développement durable dans la cave du Sud-Ouest : une énergie verte, produite localement et consommée sur place.

Priorité aux panneaux solaires

La cave du Marmandais s’est donc équipée du système Ellybox, un module comprenant 300 m² de panneaux solaires, une box permettant de piloter l’alimentation électrique et un câble qui raccorde la box à l’alimentation générale. La box mesure les besoins en temps réel afin de piloter l’alimentation des différents équipements et optimiser ainsi l’utilisation de l’énergie solaire. « Il n’y a jamais d’arrêt dans l’exploitation de l’énergie produite », analyse Marie Bizzarri. 
Les équipements puisent d’abord dans la production des panneaux solaires. L’énergie produite par les panneaux photovoltaïques est injectée dans l’alimentation générale de la cave, puis répartie, grâce à la box, entre les différents appareils en fonction des besoins. Les besoins restants sont comblés par le réseau électrique général. ValEnergies propose également à la cave de suivre l’utilisation de son énergie en temps réel. 
« Nous avons mis à disposition des parcelles proches de la cave et ensoleillées. Toute l’énergie produite par ces panneaux solaires est consommée sur place à un tarif préférentiel », explique Marie Bizzarri. Au total, l’installation représente quatre îlots, qui recouvrent 1 200 m² de terres. 
L’échange de pratiques nécessite néanmoins des prérequis qui limitent la contractualisation à des structures d’une taille minimum. « ValEnergies demande une production minimum d’électricité équivalente à au moins 30 k€ HT/an et une surface disponible et ensoleillée, au sol ou en toiture, de minimum 300 m² », souligne la responsable environnement de la cave du Marmandais. 

« Ellybox ne nous coûte rien »

L’installation est entièrement prise en charge financièrement par le fournisseur. « Le système Ellybox ne nous coûte rien, assure Marie Bizzarri. L’énergie produite par les panneaux solaires est facturée 10 % de moins que l’électricité du réseau général. » 
90 % de la consommation énergétique restante sont donc prélevés sur le réseau commun, au tarif normal. « La taille des parcelles mises à disposition ne nous permet de couvrir que 10 % de nos besoins, résume la responsable environnement de la cave du Marmandais. Il est possible de produire plus, mais cela demanderait une plus grande surface disponible. » 

Pour réduire la facture énergétique
Autoconsommation : un phénomène en vogue

L’autoconsommation est le fait de consommer soi-même une énergie produite sur place.
L’objectif ? Réduire à terme sa facture énergétique et produire suffisamment pour couvrir ses besoins. L’autoconsommation séduit particuliers et professionnels et les offres sont de plus en plus nombreuses : aides à l’investissement de panneaux photovoltaïques, contractualisation avec une entreprise pour la mise à disposition de surfaces, autoconsommation totale ou en partie avec revente du surplus… 
Une étude de l’Adema, publiée en 2018, estime que le milieu agricole a contribué, en 2015, à la production de 20 % des énergies renouvelables, entre autres, grâce à la méthanisation, à la production de biomasse, à la mise à disposition de surfaces pour les panneaux photovoltaïques. La source d’énergie privilégiée dans l’autoconsommation est le solaire. Tout l’enjeu aujourd’hui consiste à optimiser la production pour couvrir au maximum ses besoins. D’où les offres du type Ellybox, ou encore le monitoring proposé par EDF ENR. L’objectif visé est de suivre son exploitation énergétique en temps réel et de distribuer en conséquence l’énergie produite, afin d’éviter une sous-production, moins économique pour les utilisateurs.

Article paru dans Viti 449 dVITI 449 février 2020e février 2020

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière