Imprimer
Commentaires
Antonin Iommi-Amunategui

«  Le vin naturel est fait pour nous surprendre »

Publié le 25/09/2017 - 14:19
Antonin Iommi-Amunategui est l’auteur notamment du « manuel pour s’initier au vin naturel »,  (éd. de l’Épure) et aussi éditeur spécialisé  (éd. Nouriturfu). © Antonin Iommi-Amunategui

Cet article de Viti Leaders de septembre 2017 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

 

Antonin Iommi-Amunategui, auteur de blogs et de plusieurs livres sur le vin naturel, en est l’un des plus fervents défenseurs. Il nous explique en quoi ce vin qui, jusqu’à présent n’a aucune définition officielle, casse tous les codes habituels et séduit les jeunes.

 

Le vin nature pour vous, c’est quoi ? 

Antonin Iommi-Amunategui : Je préfère utiliser la formule "vin naturel", plus polémique et moins fourre-tout que le terme "vin nature". Mais là n’est pas la question. Il n’existe aucune définition officielle du vin naturel. Et à ce jour, il n’existe pas de consensus. La définition de l’association des vins naturels qui me semble la plus légitime est la suivante. 

C’est un vin issu de raisin bio auquel aucun ajout n’a été effectué à l’exception, éventuellement, d’une faible dose de sulfites (30 à 40  ml/l) et pour lequel aucune opération technique standardisante n’a été opérée. Les 70 additifs œnologiques qui existent sur le marché n’interviennent pas dans la vinification du vin naturel. 

Pensez-vous que le vin naturel va supplanter le vin bio ? 

A. I-A : Ces deux types de vins vont dans la même direction et devraient continuer à coexister. En fait, le vin naturel s’apparente à une niche au sein du vin bio tout en étant plus exigeant. Certains vins bio s’en rapprochent beaucoup. Mais quelques viticulteurs bio critiquent cette façon de vinifier, et en particulier l’absence de label, de règles, puisqu’ils rentrent dans leur pré carré. 

Le vin naturel est critiqué pour son uniformisation organoleptique en raison soit d‘une oxydation de l’éthanol, de la production de phénols volatils ou encore, d’acétate d’éthyle ou d’acide acétique… 

A. I-A : La critique est parfois légitime. Ces vins-là, lorsque les déviances vont trop loin, perdent le lien avec leur terroir. Au chai, les précautions d’hygiène demeurent donc indispensables. En général, tout se passe bien. Mais de toute façon, boire un vin naturel expose à prendre un risque. Le résultat reste toujours une surprise et parfois, malheureusement, elle est négative. Normalement, un vin naturel s’inscrit dans les émotions gustatives, avec une intensité aromatique forte, un goût inattendu, une facilité digestive. Tous les codes du vin classique sont cassés. C’est l’une des raisons pour lesquelles les jeunes de moins de 30 ans sont attirés par ces vins. 

 

 

 

 

Article paru dans Viti Leaders n° 427 de septembre 2017

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière