Imprimer
Commentaires
Export

« Le marché allemand est différent du marché français », Wolfgang Zuzok, Vinergie

Publié le 18/03/2019 - 17:03
Les rosés progressent très bien, avec + 10 à 15 % sur l’Allemagne en moins de dix ans. © Ekaterina_Molchanova/Adobe Stock

Cet article de Viti Leaders de mars 2019 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

 

 

Bureau de vente créé en 1995 à Düsseldorf, Vinergie distribue les vins de ses actionnaires producteurs français, auprès des cavistes, des grossistes, et de la grande distribution en Allemagne.

 

Pour Wolfgang Zuzok, de Vinergie : « Le consommateur allemand fait encore très attention au prix, avec des bouteilles vendues en moyenne 3-4 euros. » © Vinergie « Nos clients importent en direct, car nous ne disposons pas d’entrepôt. Notre gamme se base sur une stratégie de niches, sans recherche de nouveaux producteurs. Ni vins de Bordeaux, du Languedoc ou de Loire, nous vendons du bourgogne et des vins du Sud et du Sud-Est (vins du Luberon, du Ventoux ou de Provence). Avec des prix consommateurs de 4 à 30-40 €, et une moyenne de 5 à 15 €, ce qui est déjà très élevé pour le marché allemand ! Les rosés progressent très bien, avec + 10 à 15 % sur l’Allemagne en moins de dix ans, et constituent 25 % de notre gamme. Les Allemands ont longtemps apprécié les rosés colorés, très bonbons anglais et fruits rouges, mais ils se mettent désormais aux nouveaux rosés pâles, plus fins, moins sur le fruit, au détriment de certains rouges.

Sur les blancs, la nouvelle génération de vignerons allemands produit des vins très qualitatifs, ce qui entraîne une concurrence très forte pour le marché export. Sur les rouges, la concurrence allemande est plus faible, mais les vins français ont perdu leur place au profit de l’Italie, de l’Espagne et du Portugal, souvent moins chers.

Sur la région de la Ruhr, traditionnellement francophile, la consommation de vin est très développée, notamment sur les vins français. Il faut comprendre que le marché allemand est différent du marché français, ne pas vouloir présenter les mêmes accords mets-vins, ne pas proposer des vins uniquement pour boire à table lors de longs repas, mais axer sur des vins de plaisir et de convivialité, qui se boivent lors de pique-niques ou devant la télé. Et surtout, le consommateur allemand fait encore très attention au prix, avec des bouteilles vendues en moyenne 3-4 euros. L’habillage est aussi important : les vins d’entrée de gamme nécessitent de belles étiquettes pour se distinguer, comme cela se fait en Italie ! »

 

 

Viti leaders 441 mars 2019

 

Article paru dans Viti Leaders de mars 2019

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière