Premium
Imprimer
Commentaires
Anivin de France - IFV

Vignoble Innovant et Éco-responsable : les clés pour produire du Vin De France

Publié le 10/03/2020 - 15:02

Produire du vin de France avec des rendements lissés sur quinze ans, situés entre 15 et 20 tonnes par hectare et par an, demande de la technicité. La mise en place d’un vignoble innovant écoresponsable (VIE) repose sur six leviers d’optimisation, dont un système de taille mécanique précise en cordon unilatéral libre.

Le vignoble innovant et écoresponsable(VIE) est un modèle en taille mécanisée, dédié à la production du vin de France(VDF). Le projet est porté par l’Association nationale interprofessionnelle des vins de France(Anivin de France), en partenariat avec l’Institut français de la vigne et vin (IFV). Ce vignoble doit produire au moins 15 à 20 tonnes de raisins par hectare et par an, sur une durée de quinze ans. À travers ce projet, l’Anivin de France souhaite assurer des volumes suffisants pour soutenir le développement des marchés des VDF, sur le territoire et à l’international. Afin de démontrer la faisabilité technique et la rentabilité économique de tels vignobles, deux sites pilotes de 30 hectares ont vu le jour dans l’Aude, en avril  2018 (Grands Chais de France et Vignobles Vendéole, Vinadeis). Ils se basent sur le cahier des charges VIE, qui comporte six leviers techniques.

Le premier concerne l’«  installation d’un vignoble dédié » et d’unpalissage robuste. Dans un VIE, la taille mécanique est réalisée sur une vigne conduite en cordon libre sans relevage(à 0,90-1,10 mètre du sol), sur des rangs d’au moins 200 mètres de longueur, avec une charge de récolte importante.

Le «  choix des cépages » inclut des variétés internationales (chardonnay, cabernet, sauvignon…). Des variétés résistantesau mildiou à l’oïdium peuvent être implantées sur 15 % du vignoble«  Il faut prendre en compte le port du matériel végétal, car la vigne est menée en cordon libre. On ne peut pas avoir un port trop retombant  », indique Éric Serrano, directeur régional Sud-Ouest de l’IFV, en charge du projet VIE.

Rideau végétal

Sur la partie «  fertirrigation », il explique que «  des références sont encore à acquérir pour ce genre de système. On cherche à favoriser une pousse rapide de la végétation dès le débourrement, pour pouvoir ensuite rogner la vigne rapidement et constituer un rideau végétal  ». Si le viticulteur opte pour un réseau de goutteurs enterré dans l’interrang, «  cela peut permettre de maintenir le couvert végétal en automne  ».

La mise en place de couverts peut être choisie dans le cadre du levier « entretien du sol » afin de réduire le désherbage chimique, qui doit être limité sous le rang de vigne. «  Dans un VIE, l’important est de garder la vigueur et la fertilité du sol  », souligne Éric Serrano. S’agissant de la «  protection du vignoble  », les traitements phytosanitaires doivent être raisonnés et réalisés en priorité avec un pulvérisateur confiné.

Le sixième point abordé concerne la «  mécanisation du vignoble ». Avec une taille mécanique précise en cordon unilatéral libre, l’objectif est de diminuer les temps d’intervention de 70-80 à 15-20  heures par hectare, et d’augmenter les rendements grâce à une charge de 100-300 bourgeons par cep

Sur le site Internet de l’IFV, la page dédiée au projetcomprend des fiches pratiques détaillant les différents leviers. Un simulateur économique permettant d’évaluer la rentabilité d’un tel vignobleest également disponible gratuitement. Dans l’objectif de déployer ces VIE, un accompagnement technique sera prochainement proposé aux techniciens de terrain, à travers des formations.

Témoignage
Mathieu Bernies, viticulteur (Aude)
«  Cette taille ne perturbe pas le flux de sève »


Si Mathieu Bernies, viticulteur à Fenouillet-du-Razès (Aude) et vice-président des Vignobles de Vendéole, ne possède pas un modèle type vignoble innovant écoresponsable (VIE), il en suit les grands principes.
Sur ses 42 hectares de vignes, huit sont conduits en taille rase mécaniqueafin de produire du vin
de France (VDF) avec des rendements de 17-22 tonnes par hectare (cabernet franc, colombard…).
En 2003, alors qu’il n’arrivait pas à trouver du personnel qualifié pour réaliser la taille Guyot, il a commencé à transformer la conduite de ses vignes en cordon unilatéral palissé pour mécaniser l’opération. Aujourd’hui, dès la plantation, les vignes dédiées au VDF sont menées de cette façon. Outre un temps de travail réduit (10-20 heures par hectare pour la taille et 10-20 heures par hectare pour la reprise manuelle), il a observé une résistance aux maladies du végétal«  Comme on taille le bois jeune, cela ne perturbe pas le flux de sève  », suppose-t-il. Cette année, un réseau d’irrigation sera créé dans sa zone.«  Il me tarde de l’avoir pour enherber et ne plus travailler le sol.  »Dans le cadre d’une démarche de segmentation, Mathieu Bernies, qui produit également des vins AOP et IGP Pays d’Oc, se dit satisfait de cette production de VDF : «  Elle garantit un chiffre d’affaires intéressant car, derrière, la coopérative sait la valoriser. »

Article paru dans Viti 449 dVITI 449 février 2020e février 2020

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière