Imprimer
Commentaires
Développement durable

Quelles sont les exigences du label Bee Friendly® ?

Publié le 11/03/2019 - 17:25
Les Vignerons de Buzet analysent l’impact de leurs pratiques agricoles sur les abeilles et sur l’environnement grâce  à des ruches connectées. © Vignerons de Buzet

Cet article de Viti Leaders de mars 2019 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

 

Bee Friendly® est un label européen qui promeut les produits respectueux des abeilles. Le secteur viticole possède son propre référentiel technique.
 

Créé en 2012 par trois syndicats apicoles européens (l’Union nationale de l’apiculture française, l’Unaapi en Italie et le DBIB en Allemagne), le label Bee Friendly® a vocation à favoriser les pratiques respectueuses des abeilles et des pollinisateurs dans différentes filières agricoles, puis à valoriser les produits auprès des consommateurs grâce à son logo.

En 2014, l’association Bee Friendly® a collaboré avec les Vignerons de Buzet (Lot-et-Garonne) pour développer un cahier des charges adapté au secteur de la viticulture.

Cette coopérative de 190 viticulteurs était déjà engagée depuis dix ans dans une démarche de développement durable, avec plusieurs actions en faveur de la biodiversité.

Bee Friendly® est un label européen qui promeut les produits respectueux des abeilles. « Ce label était un moyen de montrer ce que nous faisions », explique Carine Magot, responsable vignes au sein de la coopérative. Le cahier des charges est organisé en six thématiques dont trois sont emblématiques, plus particulièrement celle liée à l’utilisation des produits phytosanitaires. Une liste y interdit en effet l’usage d’insecticides, soit, au total, 29 substances actives.

« Cette liste noire est une étape assez difficile. Nous consacrons 90 % de notre travail à accompagner les producteurs qui veulent atteindre cet objectif », explique Amélie Bajolet, responsable du label Bee Friendly®. Concernant les produits autorisés, ils ne peuvent l’être que dans certaines conditions (traitements la nuit…).

 

Préservation et biodiversité

Le second volet concerne la biodiversité. Les habitats des pollinisateurs sauvages doivent être préservés, en conservant ou en réhabilitant des zones (bois morts, talus…). Les viticulteurs doivent, par ailleurs, favoriser la continuité spatiale des ressources mellifères tout au long de l’année. Pour éviter, par exemple, qu’entre deux floraisons, les pollinisateurs ne s’affaiblissent, l’association travaille avec les exploitations pour réintroduire des espèces mellifères (fleurs, arbres, haies…). Le troisième grand thème du référentiel vise à établir des partenariats locaux entre les agriculteurs et les apiculteurs. Si Amélie Bajolet a remarqué que les premiers contacts ne sont pas toujours faciles, en revanche, les échanges peuvent devenir très constructifs.

Quatre ans après la mise en place de ce cahier des charges – qui a, en parallèle, été développé au secteur des fruits et légumes – trois structures viticoles sont labellisées en France. Au sein des vignerons de Buzet, six châteaux sont certifiés tous les ans par un organisme indépendant. Si la coopérative ne souhaite pas faire estampiller Bee Friendly® toutes ses gammes de vins, en revanche, ses 190 vignerons respectent les exigences du référentiel.

 

Viti leaders 441 mars 2019

 

Article paru dans Viti Leaders de mars 2019

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière