Imprimer
Commentaires
Conjoncture

Un marché mondial du vrac en progression

Publié le 22/03/2013 - 15:05

Ce jeudi 21 mars, se tenait à Paris la conférence de presse de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), sur la conjoncture viticole mondiale en 2012. Federico Castellucci, directeur général de l'organisation, a fait le point sur l'évolution des surfaces plantées, sur la production et la consommation 2012, ainsi que sur les échanges internationaux

On a eu une année 2012 difficile suite à la très forte baisse de la production. Mais les échanges mondiaux ont tenu bon, surtout sur le vrac. C'est un marché de plus en plus dynamique, qui bénéficie même de son Salon à Amsterdam.

En effet, la part du vrac dans les volumes exportés augmente : cela représente 40 % du marché mondial. Certains pays deviennent des plateformes logistiques qui importent du vrac et exportent ensuite des produits conditionnés. Cela a pour conséquence qu'une partie de la valeur ajoutée est non plus touchée par les producteurs, mais par ces importateurs qui font de la logistique.

Entre 2010 et 2012, l'Afrique du Sud est passée de 41 % de vrac à 63 % ; l'Australie de 44 % à 53 %. L'Argentine a encore plus progressé : de 19 % à 45 %. En revanche, d'autres pays tels que l'Italie, l'Espagne ou la France sont à la recherche de plus de valeur ajoutée, surtout avec les petites récoltes actuelles. Leurs volumes de vrac sont stables ou en légère diminution.

Parallèlement à cela, les surfaces mondiales viticoles sont en légère baisse. Elles s'établissent à 7 575 milliers d'hectares ; une chute de 0,2 % par rapport à 2011. La production 2012 devrait se situer entre 247 et 255 millions d'hectolitres, soit une baisse de 5 à 7 % environ par rapport à 2011.

La consommation mondiale 2012 devrait quant à elle tourner autour de 240 à 250 millions d'hectolitres, soit une légère hausse par rapport à 2011 (+ 0,6 %). Elle est tirée par la progression aux États-Unis (+ 2 %), et en Chine (+ 9 %).

Faible récolte et consommation haussière créent une tension sur le marché mondial, notamment sur le marché des usages industriels (vinaigres, vermouths, etc.), et ce pour la troisième année consécutive. Pour Federico Castellucci,

Il y a des tensions sur des marchés de vins de base. La commission européenne va réfléchir à l'opportunité de créer des vignobles adaptés aux produits d'entrée de gamme. Il s'agirait de vignobles bien structurés, avec des rendements permettant à certains secteurs de conserver des prix accessibles.

Pour plus de détails sur la conjoncture mondiale, rendez-vous dans p. 16 et 17 du magazine Viti de mai.

Cette tension mondiale se répercute-t-elle sur vos cours vracs ? Envoyez-nous votre témoignage.

Pour aller plus loin :

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière