Imprimer
Commentaires
Corse

Les vins corses se portent bien

Publié le 25/03/2013 - 15:18

Jean-Marc Venturi, président du CIV corse, l'interprofession insulaire, a fait le point ce jeudi 21 mars sur la situation de sa filière.
Au niveau production, la vendange 2012 a été légèrement plus faible que la 2011 avec 335 000 hl produits. Mais la récolte est de qualité, surtout pour les vignerons qui ont su attendre. La moitié des volumes est constituée de rosés. Sur les 50% restants, 35% concernent du rouge et 15% du blanc.

Néanmoins, je pense que là où nous avons le plus d'avantage concurrentiel, c'est sur nos blancs, explique le directeur, Bernard Sonnet.

La production de vins AOC atteint à présent 112 000 hl, contre 210 000 à 220 000 hl de vins de pays. Quelques vignes AOC plantées ces dernières années devraient arriver en production sous peu.

Mais la production AOC ne devrait pas beaucoup grossir car nous nous heurtons ensuite aux délimitations d'aires, poursuit le directeur.

Le plan de relance de la viticulture corse, initié en 2006 et mis en place jusqu'en 2008, a pemis de dynamiser les ventes. À l'heure actuelle, la situation est saine. Le marché local absorbe 35% de la production ; le national 45%, et l'export 20%.

Cette répartition a beaucoup évolué, souligne le directeur. Il y a dix ans, nous étions sur 60% Corse, 30% national et 10% export.

Tant sur le continent que sur l'île, les GMS (grandes et moyennes surfaces) représentent le débouché majoritaire (70% des ventes sur le continent et 45% en Corse). Mais Jean-Marc Venturi estime que les prix y sont suffisants pour bien rémunérer les producteurs.

À l'international, les marchés porteurs des vins corses sont les États-Unis, l'Allemagne, et la Belgique. Mais l'interprofession essaie de démarcher de nouvelles destinations telles que la Russie et la Chine.

Nous avons récemment participé à un Salon à Moscou et à un autre à Shangaï, étaye Jean-Marc Venturi. Nous souhaitons trouver des niches export suffisament rémunératrices pour que les vignerons qui sont uniquement sur le marché local voient l'intérêt d'aller à l'export. Car il est moins dangereux d'avoir des marchés diversifiés que de tout miser sur les débouchés insulaires...

Pour aller plus loin :

  • Plus d'infos sur la viticulture corse sur corsica.net
  • L'article sur les plans collectifs, p. 9 du numéro de mai du magazine Viti.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière