Imprimer
Commentaires
Packaging

Les 4 clés de l’emballage du futur

Publié le 16/10/2019 - 09:38

Vieillissement de la population, épuisement des ressources naturelles, intelligence artificielle (IA), mobilité accrue des personnes… voici les quatre éléments qui impacteront l’emballage dans les années à venir, d’après Fabrice Peltier, designer, consultant et expert du design packaging.

Quel sera le futur de l’emballage ? Voilà la question à laquelle a répondu Fabrice Peltier, professeur de design packaging, lors du dernier Made, Salon dédié aux marques de distributeurs. « Les emballages sont le reflet de notre société. Certains sont adaptés à une consommation nomade, pour une population toujours plus en mouvement, et d’autres sont sous forme de portions, à destination des familles recomposées notamment. Pour comprendre ce que sera l’emballage du futur, il faut étudier l’évolution de la société dans trente ans ! »
Après s’être rendu à l’ONU pour étudier les évolutions sociétales, l’expert de l’emballage a retenu quatre des treize défis listés ayant un impact sur l’emballage : vieillissement de la population, extinction des ressources naturelles, arrivée de l’IA, et, enfin, révolution des mobilités. Suite à l’interview de vingt-trois designers originaires de seize pays (EPDA – European packaging design association), Fabrice Peltier a réalisé un sondage dans six pays différents, auprès de 8 253 personnes, afin de creuser les quatre enjeux retenus (voir notre tableau page suivante).

Intégrer le vieillissement de la population

Premier sujet d’ampleur :  le vieillissement de la population. « Si, aujourd’hui, 53 % des produits PGC-FLS (produits de grande consommation - frais libre-service) sont consommés par des personnes de plus de 50 ans, ils seront 56 % voire 60 % en 2022 », chiffre Fabrice Peltier. « Le monde compte actuellement 500 000 centenaires, contre 26 millions prévus en 2100 ! En Europe, les plus de 65 ans représentaient 19,2% de la population en 2016, et la hausse devrait être de 80 % d’ici 2050. » En conséquence, les emballages doivent intégrer une meilleure visibilité des inscriptions et ne comporter qu’une quantité d’informations limitée. Les messages sont tenus d’être clairs et simples. « Le trop grand nombre de langues sur l’emballage perturbe les personnes âgées », note le designer. Les systèmes d’ouverture/de fermeture doivent aussi être optimisés. « Une personne âgée s’apparente à un enfant qui n’a pas de force et qui tremble », souligne Fabrice Peltier auteur du Design pour les Nuls (First). Autre élément à considérer : la limitation du poids ou de la contenance, à 1kg ou à 750 ml, avec la mise en place de doses unitaires adaptées.

Ne pas épuiser les ressources de la planète

Le jour du dépassement mondial  (date où l’humanité consomme les ressources que la Terre peut régénérer en une année) correspondait au 29 décembre en 1970, au 1er août en 2018, au 29 juillet en 2019 et devrait intervenir courant avril en 2050.
« La fin du pétrole est prévue pour 2050 - 2070, celle du fer pour 2070 - 2090, celle de la silice pour 2100 - 2150 et celle de l’aluminium pour 2140 - 2160, liste Fabrice Peltier. Il y a cinq types d’emballages qu’il faudrait avoir le courage d’interdire : les emballages inutiles, sans valeur ajoutée sur la conservation ou sur l’usage du produit, les composites, les non recyclables, ceux en plastique d’origine fossile et le suremballage, trop gourmand en matériaux. » Parmi les pistes évoquées par l’expert : l’emploi de matériaux plus durables, 100 % recyclables, biosourcés, et l’éducation au tri, ainsi que la taxation des emballages non recyclables.

Prendre en compte l’intelligence artificielle

Pour Fabrice Peltier, l’arrivée de l’IA est à différencier de l’emballage connecté. « Les designers disent que l’IA permettra de vendre plus, mais surtout de vendre mieux, par le biais d’un système de réassortiment. L’emballage par le biais de l’IA pourra recommander des produits selon notre rythme d’utilisation, avec des suggestions d’emploi. L’IA permettra aussi de mieux communiquer, en envoyant des messages aux moments opportuns, elle inclura plus de sécurité pour éviter les contrefaçons et pour garantir la préservation du contenu, et elle aidera à lutter contre le gaspillage. »

Plus de mobilité des personnes avec les véhicules autonomes

« Actuellement, nous avons deux lieux de vie : notre maison et notre bureau. Dans une dizaine d’années, nous devrions en avoir un troisième : les véhicules autonomes. Nous n’aurons plus besoin de conduire, et le véhicule deviendra alors un lieu de consommation, prédit Fabrice Peltier. Dans ces véhicules, les emballages devront avoir des formes adaptées (plutôt des poches souples, individuelles), avec des systèmes d’ouverture/de fermeture pour éviter les fuites entre deux usages, mais aussi des emballages antiglissades, antichutes, avec des systèmes de refroidissement ou de réchauffe intégrés.
D’ici 2050, il y aura encore des emballages, même plus. Avec la mobilité des produits eux-mêmes, ce n’est plus vous qui irez acheter vos produits, mais les produits qui viendront à vous, et les emballages devront en tenir compte. »

« Les emballages sont le reflet de notre société », Fabrice Peltier, designer et consultant

Article paru dans Viti 445 de septembre 2019

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière