Imprimer
Commentaires
Salons

L’ère post-Covid-19 pour les Salons viticoles

Publié le 21/09/2020 - 14:55

Cet article de Viti 454 de septembre 2020 vous est proposé gratuitement et dans son intégralité. Bonne lecture ! Pour vous abonner, RV sur notre e-kiosque.

Les Salons de la relance. Voilà comment sont vus les prochains rendez-vous entre vignerons et acheteurs, suite à la crise du coronavirus. Très attendus de part et d’autre, ces événements devront tout de même intégrer de nouvelles contraintes organisationnelles, et misent de plus en plus sur le digital. Mais pas de quoi enterrer les rencontres physiques. Le point avec les organisateurs de Vinexpo et de Millésime Bio.

Maintenir, décaler, ou annuler… dure équation pour les organisateurs de Salons viticoles face au Covid-19. « Nous avons pris la décision de maintenir Vinexpo Shanghai du 21 au 23 octobre, car il y a une véritable attente des acheteurs chinois de retrouver le vin en direct, souligne Rodolphe Lameyse, directeur général de Vinexpo. En parallèle, nos clients vignerons ont des volumes à vendre, afin de retrouver de la trésorerie, et nos équipes en Chine sont capables de sous-traiter ce besoin, y compris pour les producteurs qui ne pourraient ou ne préfèrent pas se déplacer. » Dès l’ouverture des inscriptions le lundi 22 juin du prochain Salon Millésime Bio (25 au 27 janvier 2021), les compteurs ont explosé. Olivier Goué, chef de projet Millésime Bio, observe : « Les trois premiers jours, nous avons eu plus de 600 demandes d’inscription, contre 400 habituellement. » Ce dynamisme, lié aux annulations et décalages de Salons suite au Covid-19, s’explique aussi par des conversions à l’AB importantes. « En 2017, il y a eu une reprise massive des conversions, d’où une arrivée massive de nouveaux vignerons bio en 2020, poursuit-il. Cela permettra de renouveler en partie les exposants, car nous sommes habituellement sur du 90 à 95 % d’habitués. » 

Proposer des adaptations 

Face au Covid-19, les organisateurs de Millésime Bio travaillent depuis mi-mars sur un « Salon compatible avec le coronavirus ». Olivier Goué indique : « Nous sommes sur un Salon qui peut respecter la jauge maximale de 5 000 personnes présentes sur site chaque jour, si c’est la norme à respecter en janvier. Le nombre d’exposants sera sensiblement équivalent à celui de l’an dernier (1 300), nous ne pouvons pas augmenter davantage malgré les nombreuses demandes car nous allons déployer les mesures de distanciation, avec des allées plus larges et éventuellement des Plexiglas sur les stands partagés. Les gestes barrière seront rappelés, avec mise à disposition de gel et de masques. Nous serons toujours sur cinq halls au parc expo de Montpellier. Tout cela reste naturellement à affiner en fonction de l’évolution du contexte. » Pour la deuxième édition de Vinexpo Shanghai, les organisateurs ont pensé un espace « t@sting » digitalisé, pour permettre aux visiteurs de déguster des vins, tout en échangeant en ligne avec les producteurs. « Se déplacer sur différentes destinations a un coût pour le vigneron, reconnaît Rodolphe Lameyse. Avec ce nouveau service, qui va être amené à se développer, nous proposons des rendez-vous digitaux, sur une centaine de “digistands”. Cette édition permettra de tester l’innovation, et de l’améliorer au besoin sur les futures ! » Autre adaptation au contexte : l’Academy (outil de formation dédié aux visiteurs) se réinvente et deviendra l’e-Academy, avec des masterclass et conférences proposées pendant le Salon, retransmises en ligne afin d’être suivies par le plus grand nombre, mais également pour accueillir des intervenants à distance.  

Repenser le calendrier et l'organisation

Après Vinexpo Shanghai aura lieu Vinexpo Hong Kong du 23 au 25 février 2021. Les organisateurs de Vinexpo ont d’ailleurs repensé le calendrier global des Salons, avec le Vinexpo Tour 2021 (voir encadré). « Le contexte est très différent d’un continent à l’autre. Si l’Asie semble très dynamique pour la reprise, les retours pour New York sont plus calmes pour le moment… », observe Rodolphe Lameyse. Si les stands des Salons Vinexpo ne sont actuellement pas prévus plus éloignés les uns des autres, les organisateurs travaillent en concertation avec les autorités gouvernementales sur l’ensemble des gestes barrière et procédures à mettre en place. Le directeur précise : « C’est nous, organisateurs, qui allons supporter les surcoûts. En cas d’annulation ou de report, nous serons le plus compréhensif possible afin que personne ne soit lésé par une situation exceptionnelle. » En cette période de crise, le choix de Millésime Bio a été de maintenir les tarifs des stands. Si la mise à disposition de gel et de masques aura un coût, les organisateurs comptent sur les économies liées à la suppression des événements annexes (dont la soirée) pour rentrer dans leur budget. Jeanne Fabre, vigneronne et présidente de la commission Millésime Bio, révèle un autre engagement fort du Salon : « Nous nous sommes aussi engagés à garantir un report de l’événement à deux dates, en mars et en avril, en cas de retour du Covid-19. Et sinon, l’événement sera repoussé en 2022, avec remboursement de 85 % des frais d’inscription, et 15 % d’avance sur l’édition 2022, ou un remboursement total si l’exposant le souhaite. »

Envie de retour à la normale

Du côté des vignerons, l’état d’esprit ne semble pas à la peur, mais à l’envie d’un retour à la normale. Olivier Goué : « Millésime bio 2021 doit être le Salon de la relance pour effacer 2020. Nous avions craint que certains exposants ne viennent pas, faute de trésorerie, mais cela ne semble pas être le cas, et tant mieux. Du côté du visitorat, il faudra attendre la tenue du Salon pour avoir les chiffres, car la tendance est de s’inscrire au dernier moment comme tous les ans, avec des prises de badges dans les dernières semaines. »

« Nous nous sommes engagés à garantir un report de Millésime Bio à deux dates, en mars et en avril, en cas de retour du Covid-19 », Jeanne Fabre, vigneronne et présidente de la commission Millésime Bio

« Face au Covid-19, les organisateurs de Millésime Bio travaillent depuis mi-mars sur un “Salon compatible avec le coronavirus” », Olivier Goué, Millésime Bio

Article paru dans Viti 454 de septembre 2020

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Cultivar Leaders
  • Culture légumière
  • L'arboriculture fruitière