Toute l'actu de la vigne au vin par l'équipe de Viti Suivez mon-viti sur Twitter Suivez mon-viti sur Facebook Suivez mon-viti sur Google+ Suivez mon-viti sur LinkedIn Suivez mon-viti via flux RSS

Enjeu

Le paradoxe des vins bio

"Le paradoxe des vins bio" propose une description des grands enjeux du bio grâce à une présentation des marchés européen, français et américain, avec un éclairage sur les écolabels européens et californiens.

Beaucoup de propriétés, dont la philosophie est profondément bio, choisissent souvent, même si elles sont certifiées, de ne pas utiliser les logotypes ou autres mentions bio. C'est donc chez le vigneron que doit être recherchée l'"authenticité" et non sur l'étiquette.

Aubert de Villaine, viticulteur au Domaine de la Romanée-Conti, préface du livre "Le paradoxe du vin bio, Labels et tendances d’un marché international", aux Editions Féret. Ce livre apporte une analyse du marché et des enjeux du vin bio à échelle mondiale par Béatrice Cointreau, membre de l’Académie du vin de france, formée à l’université d’œnologie de Bordeaux, et qui a dirigé avec succès une Maison de cognac et une Maison de champagne pendant près de 25 ans.

Car le vin bio n'est pas à un paradoxe près.

L'auteur en rencense d'ailleurs cinq, distillés sous forme de chapitres qui débouchent sur des recommandations pour investir dans un vignoble bio et le développer:

  1. Le bio, un paradoxe de la mondialisation
  2. Le bio, les paradoxes d'une régulation anarchique
  3. Le bio, une production paradoxalement en expansion
  4. Le bio, le paradoxe des coûts
  5. Le goût du bio, un consensus paradoxal

La demande en vin bio se développe

Depuis son arrivée aux États-Unis, Béatrice Cointreau a pu observer une montée en puissance des magasins diététiques et des marchés de producteurs proposant des aliments et des vins biologiques. Les marchés allemand, italien, français ne sont pas en reste alors que la consommation de vin bio au Royaume-Uni est en déclin, peut-on apprendre dans ce livre bien documenté.
Il n'en reste pas moins que le consommateur est perdu au milieu de tous les labels existants : "AB", "Demeter", mais aussi les eco-labels américains comme "issu de raisins bio", "certifié par les agriculteurs biologiques certifiés de Californie", "biologique USDA", etc.

Une réglementation pleine de confusion

Béatrice Cointreau se pose alors une question:

Quelle est la différence entre un vin certifié "biologique" et un vin "issu de raisins bio" aux États-Unis?

Question d’autant plus intéressante qu’un accord a été signé le 15 février 2013 entre les États-Unis et l’Union européenne reconnaissant les programmes bio américains et européens comme équivalents. Or, la réglementation américaine en matière de vins bio diffère des nouvelles règles de l’Union européenne qui, à compter de la récolte 2012, permettent aux viticulteurs d’utiliser le label "vin biologique". D’où une inégalité : les vins américains "issus de raisins bio" peuvent être vendus comme "biologiques" en Europe, mais les vins européens "biologiques" doivent toujours présenter le label "issu de raisins bio" sur le marché américain!

Une valorisation difficile à trouver

Comme l'explique Béatrice Cointreau dans la vidéo ci-dessous:

Il faut beaucoup de motivation pour faire un vin bio, qui au final sera assez peu reconnu: personne en dégustation n'est capable à l'aveugle de dire "celui-ci est bio, celui-là ne l'est pas"...

Comment valoriser alors ce surcroît de travail?  Le bio peut-il conduire à un supplément de prix? Béatrice Cointreau reste optimiste:

C'est probable à l'avenir, mais il faudra la reconnaissance de grands vins bio sur la durée, comme celle obtenue par les "grands crus", par exemple.

En résumé:

  • Cet essai confronte essentiellement les marchés européens – dont le marché français – et californien (région représentant 87% des vignes biologiques américaines) en soulignant les paradoxes des vins bio. Il propose une description des grands enjeux du bio grâce à une présentation des marchés européens, français et américains, avec un éclairage sur les écolabels européens et californiens.
  • Date de sortie du livre: 25 avril 2014. Caractéristiques: livre broché, 16 x 24 cm, 160 pages.
  • En vente chez Decitre, par exemple.

Voir aussi:
► mon-viti: les vins bio en quête de nouveaux marchés.
► mon-viti: le vin bio est sorti de sa niche.
► mon-viti: Vignoble mondial bio: l'Espagne en tête, suivie de la France.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Nos autres publications
Cultivar LeadersTCSL'Arboriculture FruitièreViti LeadersCulture LégumièreCircuits CultureRelations Culture
Plan du site
 S'abonner à :
S'abonner à Viti Leaders
Suivez mon-viti sur Twitter Suivez mon-viti sur Facebook Suivez mon-viti sur Google+ Suivez mon-viti via flux RSS Suivez mon-viti sur Instagram Suivez mon-viti sur LinkedIn Suivez mon-viti sur Youtube Suivez mon-viti sur votre smartphone
Vin & société
  Pour apprécier le vin à sa juste mesure, consommer de manière responsable